Agenda 2018 : Quelles seront les priorités des Directions Financières ?

Article paru le 14 mars 2018 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Gestion Réglementaire

1- Des impacts réglementaires importants à venir

Mise en place de la norme SEPA, nouvelles normes IFRS, dématérialisation des factures, maîtrise des délais de paiement, création de fichiers d’écritures comptables (FEC)… Ces dernières années, les directions financières ont dû lancer d’importants projets de conformité réglementaire. Dès janvier 2018, ils devront également se préparer à la mise en application de nouvelles réglementations :

  • Depuis le 1er janvier 2018, afin de lutter contre la fraude à la TVA, les logiciels de comptabilité ou de caisse destinés à l’enregistrement des paiements clients doivent être sécurisés et certifiés.
  • La mise en place du RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) au 25 mai 2018 sera également considérée comme l’un des chantiers majeurs. Il impliquera de nouvelles obligations concernant la collecte et le traitement des données notamment salariales, clients et fournisseurs.
  • Applicable au 1er janvier 2019, la norme IFRS 16 impactera la comptabilisation des contrats de location au bilan des locataires.
  • Au 1er janvier 2021, la comptabilité des acteurs de l’assurance va devoir faire face à un changement de taille, avec l’arrivée de la norme IFRS 17, qui vise à harmoniser les pratiques comptables internationales.

Toutes ces évolutions à venir ne seront pas sans conséquences pour les organisations : actions de mise en conformité, déploiement de nouveaux processus et contrôles, adaptation de la stratégie d’investissement, formation des équipes, intégration de nouveaux outils, etc. Le DAF se devra d’être un acteur privilégié dans la prévision, le contrôle et la conduite de changement de ces nombreux chantiers.

2- Le Cloud au centre des attentions

Dans un contexte de transformation digitale, le DAF devra se poser la question du Cloud. Il offre l’opportunité aux entreprises d’accéder à des ressources informatiques via Internet. En dépit des craintes liées à la protection des données, il peut représenter un investissement fructueux et un avantage concurrentiel non négligeable :

  • Réduction des dépenses informatiques et particulièrement des coûts de maintenance,
  • Diminution des dépenses opérationnelles,
  • Comptabilisation des charges en OPEX et non plus en CAPEX,
  • Amélioration de la qualité des évolutions et de l’agilité des solutions.

3- La dématérialisation comme vecteur de performance

Pour les DAF, mener une réflexion au sujet de la dématérialisation des factures ou plus globalement sur la digitalisation de la fonction Achats (solutions de type Procure To Pay), est aujourd’hui une des pistes privilégiées pour mener une stratégie efficace de réduction des coûts.

Dématérialisation des documents, automatisation des processus, piste d’audit et signature électronique sont autant de procédés qui permettront une meilleure performance des entreprises. Outre une démarche éco-responsable et une amélioration des relations clients/fournisseurs, avec une économie de près de 3 à 5 euros par facture dématérialisée, le retour sur investissement est l’argument qui séduit les Directions Financières.

4- Cyber sécurité : Anticiper et maîtriser le risque numérique

Les attaques Wannacry et Adylkuzz en témoignent : la gestion et la protection des données de l’entreprise est l’un des enjeux majeurs de cette nouvelle année 2018. Avec leur croissance exponentielle et leur caractère sensible et attractif, les données financières doivent faire l’objet d’une attention toute particulière.

L’altération ou la perte d’informations demeure l’un des risques majeurs identifiés. Cependant, le cyber risque fait également peser sur les entreprises d’autres impacts qui sont parfois sous-évalués : dépenses relatives à la protection client et aux relations publiques, mobilisation des équipes pour la gestion de crise, amende pour non-conformité etc.

La direction financière devra donc être en mesure d’évaluer l’ensemble de ces risques pour mieux les maîtriser.

5- Big Data, Machine Learning, Intelligence Artificielle...et si nous y pensions ?

Anticiper les technologies de demain, connaître les principales solutions IT du marché pour être précurseur sur les thématiques et problématiques technologiques… La fonction de DAF avance dans ce sens. Le Big Data répondra au besoin croissant de gérer un volume important de données. Le Machine Learning et l’Intelligence Artificielle permettront de réaliser des analyses prédictives et des reporting de plus en plus fiables. Les DAF devront s’accompagner des bons outils qui leurs permettront de se recentrer sur leur cœur de métier.

Les nouvelles technologies offrent ainsi de multiples opportunités aux entreprises : être alerté en amont du processus commercial sur les « mauvais payeurs », gérer les stocks en temps réel, améliorer la traçabilité des échanges, mettre en place des reporting « intelligents », anticiper le risque de fraude…

Finalement, l’année 2018 s’annonce technologique ! Entre performance, stratégie et innovation : le Directeur Financier de demain devra mettre la donnée au centre de ses priorités, mais également élargir sa connaissance réglementaire, tout en étant porteur du changement auprès de ses équipes.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux