Crowdfunding, une forme de finance alternative qui a le vent en poupe

Article paru le 16 novembre 2017 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Gestion

Le financement participatif en France a augmenté de 40% pour passer de 166,8M€ en 2015 à 233,8M€ en 2016, selon le baromètre du crowdfunding en France publié le 21 février 2017.

Février 2016 : Orange investit plus de 5 millions d’euros dans la plate-forme de financement participatif KissKissBankBank, et confirme son soutien à la Fintech.
Septembre 2017 : La Banque Alimentaire lance un crowdfunding, ayant pour objectif de collecter 20 000€, pour déménager et s’agrandir et ainsi être en mesure de servir et d’aider encore davantage de bénéficiaires.

Mais qu’est-ce-que le « crowdfunding » ?

Le financement participatif (ou crowdfunding) correspond à une technique de collecte de fonds, réalisée via une plate-forme internet qui permet à un ensemble de contributeurs de financer directement toutes sortes de projets : culturels, sociaux, humanitaires, environnementaux, innovants, etc… Les banques n’étant plus les seules à maîtriser les fonds et les capitaux, le projet est à-même d’être réalisé librement.

Quels apports du Crowdfunding pour le secteur bancaire et financier ?

Quelles sont les différentes formes de « crowdfunding » ?

Les formes de contributions proposées aux financiers sont présentées sur le schéma suivant :

Les formes de financement participatif

Quelle est la réglementation et le risque ?

En France, la réglementation bancaire et financière permet de réguler l’activité du financement participatif car il s’agit d’une forme nouvelle de financement, en concurrence directe avec les banques. La réglementation imposée est source de contraintes importantes pour les structures proposant des plates-formes de financement et doivent obéir à différentes règles :

  • Règles prudentielles identiques à celles des établissements bancaires : identification détaillée du financeur (justificatifs d’identité et de domicile), contrôles anti-blanchiment, anti-terrorisme, etc…
  • Règles de contrôle de la qualification des investisseurs car le financement participatif est considéré comme un investissement risqué

Quels avantages pour une entreprise de faire appel au crowdfunding ?

  • Cette méthode de collecte permet de financer un projet dans des délais relativement courts, sans utiliser le service bancaire
  • Cette stratégie de collaboration communautaire permet de fédérer les collaborateurs pour accompagner le projet, ce qui est idéal pour des associations ou jeunes créateurs d’entreprises
  • Enfin le crowdfunding permet indirectement de réaliser une étude de marché : en effet les donateurs ou prêteurs peuvent donner leur opinion sur le projet. Si la campagne de « levée de fonds » échoue, il conviendra de déterminer pourquoi et d’en tirer les leçons

Quels inconvénients ?

  • Les plateformes de crowdfunding prélèvent une commission comprise entre 5% et 12% de la somme totale collectée pour le projet
  • Chaque médaille ayant son revers, le crowdfunding connaîtrait des dérives : des « escrocs » attirés par l’argent facile montent des projets factices. Une enquête réalisée par CrowdCheck, le site américain d’information sur les projets soutenus par le crowfunding, a démontré que 40% de ces projets ne respectent pas les règles de vérification et de certification des comptes financiers

Quelle application concrète au niveau de la gestion Financière ?

Pour éviter le financement de projets factices, les plateformes proposant le crowdfunding doivent sélectionner les entreprises ou projets en menant une analyse approfondie et un audit afin de s’assurer de la solidité financière de l’entreprise à court et à moyen terme, afin de les proposer comme opportunités d’investissement.

Nous pouvons par exemple citer le cas de la plate-forme de crowdfunding Investbook qui a signé « un partenariat métier fort visant à renforcer l’audit et la sélection des entreprises éligibles à un financement participatif » avec le cabinet d’expertise comptable AlterEthic qui propose « un audit indépendant, réalisé selon les règles déontologiques de l’Ordre des Experts-Comptables et de la Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes ».

Pourquoi les experts-comptables sont engagés sur ce nouveau marché ?

Selon l’étude « Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding » réalisée en janvier 2015, « pour 45% des dirigeants de TPE/PME, c’est leur expert-comptable qui est en mesure de les appuyer quant à leur recherche de financement sur une plateforme de crowdfunding » .

Afin de garantir la fiabilisation des informations produites par l’entreprise, c’est l’expert-comptable qui se place au cœur de ce processus. Il représente un véritable gage de crédibilité, de sécurité et de confiance pour les plates-formes et les investisseurs utilisateurs des informations financières et comptables.

Comment l’expert-comptable accompagne-t-il la recherche de financement ?

Dans le cadre d’une recherche de financement, tout expert-comptable appuie son client en l’orientant dans trois grands domaines : la gestion générale et financière, le choix des solutions financières et l’identification des acteurs du financement.

Le rôle de l'expert comptable

En ce qui concerne le financement participatif, l’expert-comptable peut plus précisément intervenir à chacune des étapes suivantes :

  • Identification des besoins financiers et sensibilisation de l’entrepreneur au financement participatif
  • Choix du type de financement participatif
  • Pré-sélection des plateformes
  • Préparation du dossier de présentation dont le business plan
  • Accompagnement de l’entreprise pendant l’étude du dossier par la plateforme
  • Conformité de l’utilisation des fonds levés

Le Crowdfunding est une alternative intéressante aux modèles de financements traditionnels du secteur bancaire et financier, au service de différents métiers. Il demande un investissement particulier aux directions administratives et financières, fortement impliquées dans le cadre de ce type de financement.

Pour conclure, le financement participatif représente une grande valeur ajoutée pour les entreprises. En effet, l’engouement que susciteraient ces projets auprès des investisseurs permettrait de mesurer et de prévoir le succès futur du projet. De surcroît, la levée de fonds est accélérée grâce à l’intelligence collective, contrairement à la démarche plus complexe proposée par les établissements bancaires.

Tribune d’Aicha Benzekri, consultante mc²i Groupe

Partagez cet article sur les réseaux sociaux