Des progiciels pour piloter les projets SI ?

Article paru le 22 novembre 2010 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans :

De quoi s’agit-il ?

Il s’agit de progiciels de Gestion de Projets et de Portefeuille de Projets (GPP) ou PPM en anglais (Project Portfolio Management).
Ces outils ont pour objectif de normaliser les processus de gestion de projets et d’en assurer le suivi à des fins d’arbitrage et de pilotage.
Le progiciel de GPP regroupe une multitude d’outils qui permettent, d’une part, aux décideurs de recueillir des idées de projets, de les sélectionner et d’affecter les ressources adéquates à chaque tâche, et d’autre part, aux chefs de projet, de piloter les projets dans un cadre bien précis et avec des outils normalisés et performants. Grâce à cette harmonisation entre les projets, il est donc possible d’obtenir des données d’analyse fiables et exploitables pour le pilotage et l’arbitrage des projets.
En effet, les DSI sont très demandeuses de ces outils pour de multiples raisons : leurs ressources sont de plus en plus limitées alors que les demandes des directions fonctionnelles augmentent. Il est donc important d’avoir à disposition des outils qui permettent d’arbitrer et de suivre un nombre important de projets et cela de façon transparente afin de respecter les contraintes réglementaires de plus en plus strictes.

Le marché ? Quelles sont les forces en présence ?

Le marché connait une forte croissance (+20%/an) depuis 2006 (source Gartner) et la forte concentration qui a lieu depuis 2004 confirme les ambitions des éditeurs sur ce marché. Tous les principaux acteurs (SAP, Oracle, Microsoft, HP…) ont effectué des acquisitions majeures afin de se positionner sur ce marché prometteur (achat de Niku par CA en 2005 ou encore la méga acquisition de Mercury par HP en 2006). Aujourd’hui, on peut dénombrer une centaine de solutions et comme souvent on retrouve des géants, des « pure players » et quelques solutions Open Source ; cependant, le marché semble bel et bien acquis aux « très gros » comme le révèle une étude de Forrester de 2009 qui décrit notamment l’importance du nom des éditeurs dans le choix de ces solutions par les organisations.
Par rapport au contenu, tous ces progiciels proposent généralement des outils de planification, de suivi des charges, d’analyse de risques, de suivi budgétaire… En plus de ces outils communs, chaque éditeur propose un ou plusieurs avantages concurrentiels dus, notamment, à son parc applicatif et à son coeur de métier (intégration forte avec MS Office et utilisation de la base collaborative MS Sharepoint pour l’outil PPM de Microsoft : MS Project Server 2010).

Sources :

- Présentation rapide des principaux éditeurs sur le journal du Net
- Forester

Partagez cet article sur les réseaux sociaux