En quoi les innovations de demain vont-elles répondre aux enjeux de la mobilité ?

Article paru le 30 septembre 2016 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Innovation Transports

La mobilité est un enjeu de société, et sa croissance pose d’immenses défis. Chaque citoyen souhaite des déplacements plus sûrs, plus confortables et plus accessibles. Pour répondre à ces attentes et organiser la mobilité de demain, les acteurs du secteur, qu’ils soient politiques ou industriels, développent des solutions innovantes.

L’économie collaborative, un enjeu important dans la mobilité des personnes

L’économie collaborative repose sur le partage ou l’échange entre particuliers de biens ou de connaissances, avec ou sans échange monétaire par l’intermédiaire d’une plateforme numérique de mise en relation.

Ce système se développe dans tous les secteurs et notamment dans celui de la mobilité. Ainsi, de nombreuses applications ont vu le jour, à savoir :

  • la location de véhicules entre particuliers
  • l’échange ou revente de billets de transport
  • le covoiturage
  • la livraison collaborative
  • le partage de place de parking entre particuliers
  • les véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC)

Cette nouvelle économie vient bousculer les modèles actuels aussi bien pour les consommateurs que pour les entreprises.

Un rapport du CNNum le prouve, 70% des internautes français ont acheté ou vendu sur des sites de mise en relation entre particuliers.

Les entreprises de transport historiques ne s’y trompent pas et investissent déjà dans cette nouvelle forme d’économie. En 2015, la SNCF a pris une part majoritaire dans OuiCar, un service de location de voitures entre particuliers. Ainsi, le groupe possède aujourd’hui 75% du capital de la start-up et inscrit cet investissement dans sa stratégie du “porte à porte” qu’elle souhaite développer d’ici à 2020.

Pour Guillaume Pepy, président de la SNCF, “La SNCF veut devenir un connecteur de mobilité”. Cela passe forcément par le développement de nouveaux services et donc de nouvelles applications avec les systèmes d’information associés.

La logistique de demain pour favoriser la mobilité des objets

Conséquence de la COP21, la circulation dans les grandes agglomérations sera fortement limitée dans les prochaines années. La ville de Paris met déjà en application de nouvelles lois comme celle de l’interdiction de circulation des véhicules âgés de plus de 17 ans à partir du 1er juillet 2016. En conséquence, distributeurs et transporteurs devront innover afin de faire face au défi de livraison du dernier kilomètre.

Il s’agit de la phase la plus coûteuse et la plus complexe du transport pour les commerçants en ligne ou ayant pignon sur rue.

A Paris par exemple, un véhicule en circulation sur cinq livre des marchandises, et ces véhicules participent à hauteur de 25 % aux émissions totales de CO2 de la ville. En conséquence, pour réduire les coûts, la pollution, et la congestion des agglomérations de ce dernier kilomètre, les collectivités locales s’organisent en s’associant aux acteurs concernés pour tester puis mettre en œuvre des solutions innovantes.

DHL et Amazon ont été les pionniers de la livraison par drones, en revanche, ce mode de livraison relève pour l’instant de la science-fiction en raison de contraintes réglementaires trop importantes pour une utilisation urbaine.

En revanche, d’autres solutions plus concrètes voient le jour, comme The Green Link qui propose des livraisons à l’aide de triporteurs électriques et de centres de tri situés en zone urbaine. Également, Volkswagen a présenté sur un concept-car un système baptisé « Drop Box », sorte de boîte aux lettres mobile, qui permet de se faire livrer directement dans un coffre conçu à cet effet, protégé par une clé électronique, des colis de toute sorte.

Ces innovations répondent aux nouveaux modes de consommation et de déplacement, et rendent ce dernier kilomètre plus vertueux, mais obligent les acteurs de la chaîne à s’adapter.

Les systèmes d’informations en place permettent d’ores et déjà aux parties prenantes (e-commerçants, prestataires logistiques, transporteurs, clients) d’échanger en temps réel, en revanche, ces systèmes vont devoir s’adapter pour répondre à ces nouveaux défis.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux