Généralisation du télétravail : comment concilier efficacité et sécurité ?

Article paru le 28 avril 2020 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Le cabinet mc2i Ressources humaines

En ce temps de confinement, le travail à domicile s’impose pour une partie des français. Le télétravail n’a jamais eu une telle occasion de prouver son utilité. Face à la crise sanitaire que nous traversons, le télétravail est utilisé par la plupart des entreprises pour essayer de maintenir leur activité pendant cette situation exceptionnelle.

Un système aux avantages multiples

Que ce soit pour les salariés ou les entreprises, le télétravail présente de nombreux intérêts.

La majorité des salariés sont généralement pour le recours au télétravail car cela leur permet de s’épargner le stress de la vie quotidienne tel que la peur d’arriver en retard, ou encore le stress des transports, notamment pour ceux qui doivent faire de longs trajets pour rejoindre leur lieu de travail. Cela leur permet également d’être moins fatigués, donc plus concentrés sur ce qu’ils font et, surtout, cela leur donne une autonomie sur la gestion de leur planning. Dans l’ensemble, le télétravail favorise une bonne qualité de vie au travail pour les salariés.

Les entreprises quant à elles, bénéficient d’une augmentation de la productivité de ses salariés, accompagnée d’un plus grand engagement de ces derniers (baisse de l’absentéisme, amélioration de la qualité du travail, augmentation du temps de travail, etc…).

Le télétravail présente des avantages majeurs : le maintien de l’activité des entreprises et des salariés qui, grâce au télétravail, évitent de se retrouver en situation de chômage partiel. En somme, grâce au télétravail, nous maintenons en partie, l’activité économique du pays pendant cette crise inédite.

Un dispositif qui n’est pas sans risques

Bien que présentant de nombreux avantages, le télétravail peut être source de menaces pour la santé et la sécurité des salariés, mais aussi pour la sécurité de l’entreprise.

En ce qui concerne le salarié, il faut être particulièrement vigilant sur les points suivants :

  • Les risques d’isolement renforcés par le confinement
  • Les risques de burn-out des personnes très sollicitées ou au contraire les risques de bore-out pour celles qui ne sont pas très sollicitées, voire pas du tout pour le travail.
  • A cela s’ajoute les risques liés à l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle, particulièrement lors de cette période de confinement, où l’utilisation du télétravail peut gravement impacter l’organisation personnelle. En effet, sans forcément s’en rendre compte, certains augmentent leur temps de travail et ont du mal à se déconnecter avant d’atteindre leurs objectifs de la journée. En omettant de prendre des pauses, ou en sautant un repas par exemple, sous prétexte de ne pas avoir atteint un objectif précis de travail, la vie professionnelle du télétravailleur déborde sur sa vie personnelle.
  • Enfin, les risques de fautes liées justement au déséquilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle des salariés sont grandissants. En se retrouvant à travailler dans son espace personnel, le salarié peut commettre, sans en avoir l’intention, une faute professionnelle en publiant par exemple une simple photo personnelle laissant apparaître des données confidentielles de son entreprise, c’est souvent le cas avec les applications du type Snapchat et Instagram qui permettent aux utilisateurs de partager des moments clés de leurs journées.

Avec cette généralisation du télétravail, les cybermenaces se multiplient, et les entreprises en sont les principales cibles. Les cybercriminels envisageront de déstabiliser les entreprises par le biais de plusieurs moyens : l’hameçonnage (phishing), les rançongiciels (ransomware), le vol de données, les faux ordres de virement, ou tout autre type de cyberattaque.

Les cyberattaques consistent généralement à dérober des informations confidentielles à l’entreprise en vue de les revendre, ou de bloquer l’accès aux données de l’entreprise et demander une rançon pour les débloquer. Tous ont pour but de faire profit des failles de sécurité des entreprises attaquées.

Télé-travailler en toute sécurité

Au vu des risques que présente le télétravail, des mesures préventives sont de rigueur. Pour la plupart des salariés, le passage en télétravail s’est fait de manière assez brutale, sans qu’il y ait de préparation au préalable. Il est donc recommandé de suivre un certain nombre de règles qui visent à assurer la sécurité des salariés et de l’entreprise, tant sur le plan psychologique que sur le plan technique.

Pour ce qui est des mesures relatives à la sécurité du salarié, il est important pour ce dernier de respecter des règles de gestion du temps : la durée de travail journalière ne doit pas excéder ses horaires habituels et, les horaires où le télétravailleur doit être joignable doivent être fixées pour respecter le cadre de sa vie privée. Les managers doivent également assurer un contact régulier avec chaque télétravailleur et respecter le droit à la déconnexion de chacun.

La gestion du temps se situe au cœur des dysfonctionnements du télétravail. Lorsqu’elle est encadrée, les autres risques diminuent drastiquement.

Concernant les risques liés à la sécurité des données confidentielles de l’entreprise, l’application de quelques recommandations font barrière à d’éventuelles cyberattaques. mc2i à prit l’initiative de publier sur sa page LinkedIn une vidéo présentant les 10 bonnes pratiques pour travailler de chez soi en toute sécurité

mc2i recommande à ses collaborateurs d’éviter les fautes de sécurité en séparant les usages professionnels des usages personnels, d’avoir une utilisation vigilante et responsable des appareils professionnels et d’y appliquer des mises à jour de sécurité. De plus, il faut adopter un ensemble de mesures qui vise à sécuriser les appareils et les réseaux utilisés : installer un antivirus, sécuriser les mots de passe, sauvegarder régulièrement le travail et surtout, se méfier de tout message inattendu ou alarmiste.

Vous pouvez également consulter le site du gouvernement dédié à la sécurité informatique : cybermalveillance.gouv.fr.

Missbaha Ebnou

Sources :

Partagez cet article sur les réseaux sociaux