Geofencing : de la surveillance logistique à la conquête de consommateurs

Article paru le 25 août 2014 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Relation Client

Depuis avril 2013, les visiteurs du centre commercial de « La Vache Noire » (Arcueil, 94) peuvent télécharger une nouvelle application mobile du même nom intégrant des fonctionnalités classiques (horaires, plan, informations...) ainsi qu’un tout nouveau procédé : le geofencing.

Se traduisant littéralement en français « gardiennage virtuel », le geofencing permet de contrôler les entrées et sorties d’une zone prédéfinie. Utilisant les coordonnées GPS des visiteurs, le centre peut donc envoyer des notifications ou des alertes promotionnelles sur les mobiles des clients potentiels pénétrant leur zone de chalandise.

Le geofencing : une technologie aux multiples facettes

Si la tendance actuelle met en avant l’utilisation du geofencing à des fins commerciales, ce procédé fut d’abord utilisé par les sociétés de transport.

Comme le précise un article affilié au Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie :

Le geofencing permet une meilleure organisation des mouvements (dans le secteur du transport de marchandises et de la logistique), par la gestion des points d’intérêt, avec le paramétrage d’alertes, par exemple lors d’une arrivée à proximité ou d’une immobilisation prolongée.

Dans le secteur automobile, l’arrivée du geofencing a permis la surveillance à distance la flotte de véhicules d’une entreprise. Le site jelocalise.fr offre des solutions BtoB adaptées pour la surveillance du parc de véhicules mais également des applications à destination des particuliers allant de la balise GPS antivol pour scooter au « PetTracker », une application permettant de retrouver son animal de compagnie échappé.

Pouvant être utilisé aussi bien à des usages domestiques que professionnels, le geofencing semble avoir un bel avenir devant lui.

En effet, le secteur des services géographiques « affiche une croissance de 30 % par an », affirme Charlie Hale, analyste et porte-parole de Google sur un marché estimé à plus de 150 milliards de dollars par an .

En France, la première société à développer une solution embarquant la technologie « geofencing » à destination des enseignes Retail est FidzUp (spécialiste du marketing mobile).

L’application du geofencing au secteur du retail

Développeur de la solution au centre commercial de « La Vache Noire », l’application a déjà été téléchargée plus de 2000 fois six mois après sa mise à disposition aux visiteurs et sera proposée aux commerçants si l’essai s’avère concluant.

L’évolution croissante du taux d’équipement en smartphones est un critère favorable à l’industrialisation des applications équipées du geofencing par les retailers, à condition de cibler finement les consommateurs réceptifs à ce type de communication en amont. Car les programmes de fidélisation et les nombreux mails, SMS et courriers promotionnels ni ciblés, ni contextualisés ont poussé le client à la limite de la saturation ces dernières années.

Dans cette optique, l’application Fivory donne à l’utilisateur la possibilité de sélectionner ses enseignes préférées à proximité du lieu où il se trouve et d’être informé de leurs offres promotionnelles.

Testée depuis mi-mai à Boulogne-Billancourt par une centaine de boutiques adhérant au projet, cela permet à ces enseignes une segmentation efficace de leur clientèle et de bâtir des campagnes marketing adaptées.

Les acteurs du Retail étudient avec attention l’opportunité du geofencing au travers de ces expériences avant de passer au développement de leur propre application. L’enjeu étant double :

  • Conquérir des clients en les poussant à des achats d’impulsion au travers de messages promotionnels attractifs
  • Fidéliser les consommateurs en véhiculant une image dynamique et une relation privilégiée grâce à leur application mobile.

En envoyant le bon message, au bon moment et à la bonne personne, les acteurs du Retail espèrent augmenter le taux de conversion et maximiser leur retour sur investissement.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux