Google I/O 2016 : De fraîches nouvelles de Mountain View

Article paru le 6 juillet 2016 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Innovation Objets connectés - IOT

Contrairement aux années précédentes, une Beta du nouvel OS Android N a été dévoilée en avance. La présentation habituellement consacrée à la découverte du nouvel OS a été écourtée, laissant plus de place aux différentes innovations corolaires basées sur les dernières avancées de Google en matière d’Intelligence Artificielle (IA), Machine Learning, Réalité Virtuelle (VR) et plus globalement d’Internet des Objets (IoT).

Cette démonstration intervient au moment opportun tandis qu’un certain scepticisme commence émerger quant à la réelle rentabilité grand public de l’IoT et des innovations connexes[1] .

IA et Machine Learning au service de l’expérience utilisateur

La première annonce importante est donc l’évolution de Google Assistant, qui va désormais pouvoir interagir avec les différentes applications installées sur le Smartphone. Cette mise à jour s’appuie énormément sur les derniers développements Google en matière de machine learning afin d’interagir de manière naturelle avec l’assistant.

La seconde annonce est liée et concerne le développement de deux applications de communication : Allo et Duo. Duo est une application d’appel vidéo assez classique mais présentée par Google comme la plus rapide à l’heure actuelle. Allo[2] est une application de chat particulièrement innovante basée sur une IA capable de proposer des réponses automatiques en fonction de la conversation ou d’une image partagée qu’elle va analyser.

Cette évolution s’appuie sur les derniers apprentissages de l’ANN [3] (Artificial Neuronal Network) dans l’interprétation des images. Grâce à un processus poussé de semi-supervised learning, il est désormais possible de décrypter des images complexes mais surtout d’interpréter le concept abstrait qui est implicitement partagé par celles-ci. Par ailleurs, l’accent a été mis sur sa capacité à proposer des réponses en lien avec les sentiments dégagés par les photos.
Enfin, Google a annoncé la conception de puces dédiées à l’accélération des applications de machine learning, aujourd’hui en test sur le projet ANN.

Réalité Virtuelle : Une nouvelle interface pour les harmoniser tous

Si la réalité virtuelle est au cœur des articles portant sur le numérique grand public depuis plus d’un an, ses applications concrètes tardent à se développer.
Un des freins principaux, commun avec le marché de l’IoT, est l’absence de standards de développement hardware et software. Ainsi, pour pallier ce problème et simplifier le développement des prochaines applications en VR sur Android, la plateforme Daydream a été annoncée. Google fournira le cahier des charges auquel les OEM devront se conformer. A l’heure actuelle, de nombreux constructeurs se sont déjà laissé séduire, tels qu’Asus, Samsung, HTC ou les chinois Mi et Huawei.

Après l’échec de Nest, Google présente Home

Développé en 2013, le thermostat connecté et détecteur de fumée Nest peine encore à trouver sa place parmi les solutions de domotique . Malgré ce constat d’échec, Google récidive mais dévoile cette fois-ci une solution beaucoup plus polyvalente : Home.

Cette enceinte connectée, conçue comme un concurrent direct à Echo d’Amazon, est en fait un hub contrôlé par la voix, permettant de gérer la domotique [4] simple, d’écouter de la musique ou de lancer des films via la Chromecast, ou encore de gérer son agenda, Home étant basée sur l’assistant personnel Google.

En revanche, si ce projet montre un intérêt raffermi de Google pour la domotique, il ne marque pas de réelle avancée pour le secteur. La prochaine étape serait donc la création d’un nouveau protocole de communication et une véritable volonté d’homogénéisation.

Instant App, le bouleversement du web mobile

Paradoxalement, une des faiblesses d’Android est la densité de son Play Store. La recherche d’une application est rendue laborieuse par un trop grand nombre d’offres. Lorsque l’on rend une application obligatoire pour accéder à un service, on se heurte à un taux de rebond important dû au processus de recherche, de téléchargement et d’authentification ou de création de compte dans l’application.

C’est sur ces bases que Google a bâti le développement des Instant App, des applications qui se téléchargent et s’ouvrent en un seul clic depuis le web ou via NFC, et qui ne nécessitent pas d’installation sur le device. Bien sûr, il sera possible d’installer une Instant App pour un usage récurrent, mais s’il s’agit d’un besoin ponctuel, le retour arrière supprimera l’application une fois la tâche accomplie. Les instant app seront théoriquement compatibles avec les OS Android jusqu’à 4.1 Jelly Bean et permettront ainsi un partage facilité des applications, notamment sur les réseaux sociaux, via un simple lien.

L’un des cas de test présentés sur le site android developer [5] est le système de paiement sans contact Park and Pay, une application dédiée au stationnement. Via NFC, l’application Park and Play s’ouvre automatiquement. Celle-ci récupère automatiquement les informations Android Pay et une fois la durée de stationnement réglée, l’application est fermée, sans installation.

Toutefois, cette solution en cours de développement soulève déjà des interrogations au sujet de la récupération des données et des contraintes de développement. En effet, un nouveau découpage des applications en modules est nécessaire. Cela permettra de limiter la consommation de data en utilisant seulement les éléments nécessaires à l’action demandée.

[1] http://www.lsa-conso.fr/pourquoi-l-iot-n-est-pas-encore-un-mass-market,233739
[2] http://googleresearch.blogspot.fr/2016/05/aw-so-cute-allo-helps-you-respond-to.html
[3] http://googleresearch.blogspot.fr/2015/06/inceptionism-going-deeper-into-neural.html
[4] http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/nest-sera-t-il-le-prochain-echec-connecte-de-google-964218.html
[5] https://developer.android.com/topic/instant-apps/index.html

Partagez cet article sur les réseaux sociaux