IFRS 16 : Êtes-vous prêts pour Janvier 2019 ?

Article paru le 31 juillet 2018 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Gestion Réglementaire

Quel que soit le niveau de préparation actuel des Directions Financières et des Directions des Systèmes d’Information, la mise en conformité des entreprises concernées devra être opérationnelle au 1er janvier 2019.

IFRS 16 : Quels impacts ?

Cette nouvelle norme, publiée le 13 janvier 2016 par I’ IASB, redéfinie le contrat de location en opérant une distinction entre les contrats de location simples et les contrats de services selon qu’il existe ou non un actif identifié contrôlé par le preneur.

La norme IFRS16 imposera au preneur de comptabiliser tous ses contrats de location au bilan (immobilisation, comptes de classe 2, contrepartie, dettes) contrairement au schéma habituel de leur comptabilisation au compte de résultat (charges, comptes de classe 6). Elle concerne tout contrat de location dont la durée est supérieure à une année et dont la valeur contractuelle est supérieure à 5000 $. La norme IFRS 16 modifiera également de manière sous-jacente les reporting financiers des entreprises.

Un grand nombre d’entreprises se retrouvent fréquemment obligées de repousser la préparation de la mise en conformité vis-à-vis des normes IFRS. Celles-ci demandent en effet un investissement important de la part des entreprises et cela dans un délai contraint. Par ailleurs, la mise en conformité vis à vis des normes ne procure pas toujours dans l’immédiat de la valeur ajoutée, et ainsi n’est pas toujours priorisée.

Processus de mise en conformité à IFRS 16

La mise en place de la norme IFRS 16 impactera en ce sens les Systèmes d’Information financiers mais également ceux de gestion locative. Pour les entreprises, cette mise en conformité peut se décliner en trois étapes principales :

La première étape, la plus longue, consiste à mettre en œuvre un inventaire de tous les actifs concernés par la norme. Celui-ci passe par une revue de l’ensemble des contrats locatifs et des données clés associées.
Dans un second temps, l’identification des actifs dans les systèmes d’information doit être réalisée sur l’ensemble des étapes des traitements les concernant. Celle-ci peut se faire à travers des clés numériques liées aux baux concernés (transmises à travers les différents processus métiers et financiers).
Enfin, la mise en place d’un reporting financier couvrant la globalité des besoins de la norme sera la concrétisation d’un projet de mise en conformité IFRS. Ce reporting devra inclure notamment les indicateurs de performance clés impactés tels que les Résultats d’exploitation, le Cashflow et la Marge opérationnelle, ainsi que les ratios et convenants bancaires non calculés à norme constante comme le niveau d’endettement financier.

Une démarche prospective source de valeur ajoutée

Prévoir les impacts opérationnels de la norme IFRS 16 en engageant une mise en conformité anticipée permettra :

  • Une identification rapide des enjeux métiers,
  • Une meilleure gestion des risques sous-jacents,
  • Un ajustement de la stratégie locative, d’achat et d’investissement,
  • Un épurement de la base contractuelle avec une renégociation des contrats et l’intégration des effets de la nouvelle norme si besoin.

L’anticipation de la mise en place des reporting IFRS 16, pour les entreprises cotées, aura pour principal bénéfice une présentation en amont des états financiers IFRS 16 aux investisseurs (à titre informatif). Aussi, ce sera l’occasion pour ces entreprises, de porter une réflexion sur les diverses stratégies financières à adopter vis-à-vis des différentes réactions des marchés, notamment concernant une éventuelle augmentation de la dette.

Un choix de solution informatique pas toujours évident

Certains Directeurs Financiers seraient tentés de choisir une solution basée sur l’indétrônable outil majoritairement utilisé par les financiers, Excel. Bien que cette solution puisse suffire pour des petites ou moyennes administrations, elle ne serait pas optimale pour la plupart des entreprises concernées par la nouvelle norme. Son utilisation pourrait être une source d’erreur dans la prise en charge de tous les paramètres et serait certainement difficile à insérer dans la cartographie générale des systèmes d’informations d’une société.

Un outil ERP peut convenir pour répondre aux besoins de la norme IFRS 16. Cependant, ce type de solution, bien qu’appréciée pour sa capacité de traitement des données et sa facilité de paramétrage, est connue pour la difficulté de sa mise en place et son temps d’adaptabilité. Ainsi, Un ERP ne peut être une solution à privilégier dans un délai de mise en place court.

Reste alors pour les entreprises venant de commencer le processus de mise en conformité, une solution clé en main sous la forme d’un logiciel de gestion financière, basé idéalement sur une plateforme cloud, pour une meilleure rapidité d’installation. Ce service offre un traitement de la norme IFRS 16 facile à intégrer dans la cartographie des systèmes d’information d’une société.

Des bénéfices à ne pas négliger

Un projet de mise en conformité vis-à-vis d’une norme de l’ampleur de la norme IFRS 16 est complexe. Celui-ci doit être mené avec une méthodologie bien maitrisée, une phase de conception approfondie, prenant en compte tous les paramètres opérationnels de l’organisation. Le projet doit également reposer sur un choix de solution réfléchi prenant en considération toutes les contraintes fonctionnelles, conceptuelles, budgétaires et temporelles.

Un tel projet sera aussi une opportunité pour les entreprises afin de réviser leurs stratégies, leurs processus, d’améliorer la qualité de leurs données et de leurs reporting financiers, pour ainsi prendre une longueur d’avance sur leurs concurrents.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux