Il était une fois la BI...

Article paru le 20 octobre 2011 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans :

Jeune et en pleine expansion, le domaine de la BI (informatique décisionnelle) devient de plus en plus indispensable au regard des analystes, des décideurs, des opérationnels et des développeurs.

En effet, les entreprises l’ayant essayé l’ont tout simplement adopté. En plus d’une parfaite gestion interne des stocks, la BI permet à l’entreprise d’étudier les habitudes du consommateur et de prévoir ses futures décisions d’achat avant même qu’il ne soit rentré en magasin...

Avant l’ère du numérique, les entreprises puisaient toutes les informations de manière non automatisée. Les données recueillies étaient difficilement exploitables et les décisions d’affaire se basaient alors principalement sur la nature intuitive de l’Homme.

Dès le début des années 70, avec l’augmentation de la concurrence, une seule devise se fait connaitre : celui qui détient l’information détient le marché. L’invention de l’ordinateur et de la sauvegarde en mémoire des données se fera suivre dans les années 80 par la naissance des Data Centers (centres de traitement des données). Avec l’augmentation es données stockées, les entreprises voient leur volonté d’exploiter et d’analyser ces données s’accroître. En vue d’éléments de réponses, les services informatiques mettent en place des logiciels de génération de rapports appelés systèmes de Reporting.

Les utilisateurs, de plus en plus curieux, s’intéressent à une exploitation de plus en plus fine des données de l’entreprise. Les nombreuses requêtes lancées en base de production entraînent alors très rapidement une surcharge des serveurs. La soif de connaissance de l’entreprise en vue d’une parfaite connaissance du marché commençait à franchir toute limite imaginable.

C’est ainsi qu’à partir des années 90, chercheurs et entreprises ont commencé à s’interroger sur un moyen efficace en vue d’aider les dirigeants à prendre des décisions imminentes et précises, basées sur des données réelles et non plus sur le seul sentiment intuitif.

Pour cela, la nécessité d’un environnement s’avérait indispensable. En effet, les analystes avaient besoin, non plus d’un système, mais d’un environnement qui leur permettrait d’explorer toutes les informations.

Pour accompagner les décideurs dans leurs fonctions, cet environnement devait être à la fois :

  • Simple  : Les décideurs n’étant pas des informaticiens, la simplicité de l’environnement s’avérait indispensable.
  • Restreint à un nombre limité d’utilisateurs  : L’aide à la décision stratégique ne pouvait concerner l’ensemble des employés de l’entreprise. En effet, seuls décideurs et dirigeants étaient concernés.
  • Synthétique et analytique : D’une part, les décideurs devaient se baser sur une tendance globale de l’activité et donc exprimaient le besoin d’avoir un environnement de BI pouvant gérer plusieurs giga-octets de données distribuées sur de nombreuses années. D’autre part, les analystes, bien plus précis, exprimaient leur besoin d’un échantillon de données beaucoup plus réduit.
  • Rapide  : Pour les décideurs, la rapidité couplée à l’efficacité, constituaient le socle principal de leur devoir.

Basés sur cet environnement et cette réflexion, de nombreux concepts, outils et logiciels ont vu le jour pour donner vie à l’informatique décisionnelle. La BI appartient au monde d’aujourd’hui. Sera t-elle l’avenir de demain ? Les évolutions prévues par les éditeurs du marché de la BI pour rester à la pointe des nouvelles technologies annoncent en tout cas un très bel avenir pour la BI.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux