Intérêts et menaces de l’Internet des Objets au sein des entreprises

Article paru le 20 octobre 2016 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Innovation Objets connectés - IOT

"Le cash [...] n’existera probablement plus dans 10 ans. Ce n’est pas quelque chose qui est nécessaire, c’est terriblement inefficace et cher".

Cette déclaration du patron de la Deutsche Bank, John Cryan, lors d’une discussion sur les hautes technologies appliquées à la finance au Forum économique de Davos (Suisse) début 2016, n’est qu’un reflet partiel des préoccupations actuelles des dirigeants d’entreprise. En effet, le phénomène communément appelé aujourd’hui digitalisation n’épargne aucun secteur d’activité. La digitalisation d’une entreprise - encore perçue il y a peu de temps comme la simple customisation d’une offre avec des bribes digitales - est synonyme aujourd’hui de véritable réinvention et de transformation globale de toute une chaîne interne de fonctionnement. Dans le cadre de l’étude “Baromètre de la transformation digitale 2016” menée par le Computer Sciences Corporation (CSC), 99% des entreprises interrogées déclarent que le développement du digital représente une opportunité pour les organisations. En particulier, le digital permet le développement de nouveaux “business models” des entreprises dont le modèle économique, pour certaines, s’essouffle désormais. Aussi, le digital permet la création de nouvelles offres et services, l’évolution des méthodes de management, mais également l’apparition de nouvelles technologies impliquées dans la simplification des processus fonctionnels et/ou organisationnels.

Parmi ces nouvelles technologies, l’Internet des Objets (IoT) se hisse en deuxième position du classement des principaux sujets innovants sur lesquelles les entreprises souhaitent investir (d’après le CSC, “Baromètre de la transformation digitale 2016”). En effet, si le Big Data est le premier sujet d’investissement en entreprise en matière d’innovation, l’IoT et ses multiples applications permettent de récolter en temps réel un bon nombre des données pouvant alimenter ce Big Data.

Propulsé au sommet des technologies émergeantes les plus attendues et les plus en vogue (Gartner, 2014, Hype Cycle for Emerging Technologies), l’attente liée aux bénéfices des objets connectés est grande. Près de 6,4 milliards d’objets connectés circuleront en 2016 (estimation Gartner, novembre 2015) dont 4 milliards sont destinés aux consommateurs du grand public, et 2,4 milliards dédiés aux entreprises. Ce chiffre s’élève à 20,8 milliards d’ici 2020 avec respectivement 13,5 milliards et 7,3 milliards pour le grand public et pour les entreprises. En conséquence, l’Internet des Objets s’avère être un réel pari pour les entreprises, qui pour certaines, n’hésitent pas à piocher dans leurs tirelires pour miser sur ce secteur.

Pourtant, bien que l’Internet des Objets surfe sur l’engouement lié à la digitalisation, des incompréhensions et de nombreuses craintes l’empêchent de faire l’unanimité. En effet, bien que le potentiel des objets connectés soit important, les objets connectés existants ne satisfont pas encore les attentes des utilisateurs finaux et par conséquent, ont encore plus de difficulté à convaincre quand il s’agit des entreprises.

Les principales raisons sont que, d’une part, les objets existants proposent un service centré autour de l’objet et non autour de l’environnement global de l’utilisateur. D’autre part, les services apportés par ces nouveaux objets sont effectivement innovants et originaux, mais qui ne sont pas perçus comme étant d’une utilité majeure ou indispensable. Ces problèmes résultent du manque d’interopérabilité entre les objets et de l’absence de technologies de standardisation de l’Internet des objets. L’innovation autour de ces sujets est pour le moment individualisée, ce qui empêche les objets d’interagir, fonction qui est pourtant l’essence même des objets connectés. Concernant le monde professionnel, il existe d’autres problématiques qui constituent un frein à l’adoption d’un IoT. On retiendra particulièrement les contraintes liées au fonctionnement technique des objets connectés notamment les enjeux liés à la sécurité des données ainsi que leur gestion en masse. Le manque de performance technologique peut donc constituer un frein majeur pour l’introduction d’un Internet des Objets au sein d’une entreprise.

Cependant, malgré ces points faibles, l’immense majorité des entreprises s’intéresse de près ou de loin à l’Internet des Objets, convaincue que les objets connectés seront à même de générer de la valeur et un retour sur investissement important (ROI de 13 000 milliards de dollars en 2025 selon Gartner, 2015).

Ainsi, étudier l’intérêt des objets connectés au sein des entreprises permet de dégager les tendances actuelles et de comprendre dans quelles mesures et pour quels motifs, un Internet des Objets peut servir une entreprise.

Quel est l’intérêt des objets connectés au sein des entreprises ? Dans quels usages seront-ils impliqués tant externes qu’internes ? Et comment les entreprises parviendront-elles à valoriser leur implémentation ? Comment leur utilisation sera-t-elle favorisée au quotidien ? Comment les entreprises vont-elles adapter ou réinventer leur modèle opérationnel et jusqu’où ?

A la question « quels sont les intérêts de l’Internet des Objets au sein d’une entreprise ? », il n’existe pas de réponse générique. En effet, les différentes analyses permettent de dire que les intérêts et les enjeux varient d’un extrême à l’autre en fonction du secteur d’activité. Cependant, plusieurs éléments communs à chaque secteur peuvent être soulignés.

Le premier intérêt, c’est la donnée. En effet, la donnée vaut particulièrement cher dans un contexte où la concurrence est rude et où chaque acteur cherche tant bien que mal à remporter l’adhésion du client. La donnée est la solution de ce combat.

Un autre intérêt concerne les métiers. L’IoT représente un atout fort pour les entreprises qui l’utilisent dans la mesure où l’IoT agit comme un support aux métiers, apporte de la précision et de l’efficacité. L’IoT n’est pas déployé pour remplacer les humains, mais pour les accompagner au quotidien dans l’accomplissement des tâches.

Il subsiste encore malheureusement de nombreux points à résoudre avant que l’IoT puisse être utilisé à son potentiel maximum.

C’est le cas de la question de la confidentialité des données. C’est une problématique qui est transverse à tous les secteurs. Cela reste un frein pour le développement et le déploiement de l’IoT tant que cela ne sera pas résolu. Cela est d’autant plus vrai en France, puisque la règlementation est en faveur de la protection des données des individus.

Aussi, en ce qui concerne la sécurité de ces objets connectés. Dans un contexte où l’IoT explose, beaucoup d’acteurs tentent de s’y faire une place. Chacun conçoit, crée, ou vend son objet indépendamment de ce que propose les autres. Les actions sont encore très individuelles et dispersées. L’absence d’interopérabilité empêche le système IoT d’être fiable et sécurisé.

Par ailleurs, l’un des défis les plus importants dans l’introduction réussie d’un Internet des Objets, est contre toute attente, la culture d’entreprise et la conduite du changement. En effet, les problématiques liées à la technologie ne sont que temporaires, et pareillement pour la législation sur le partage de données qui semble tendre en faveur, ou du moins s’adapter, aux objets connectés à moyen ou long terme.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux