L’affacturage.

Article paru le 24 février 2011 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans :

L’affacturage est une relation contractuelle par laquelle une société spécialisée dans le recouvrement de créances, généralement appelée factor, rachète les dettes détenues par un fournisseur, appelé vendeur, à ses clients, appelés acheteurs.
Le fournisseur cède donc au factor tout ou partie de ses créances en échange de quoi le factor s’engage à lui avancer la trésorerie tout en déduisant les frais relatifs à ce service.
En d’autres termes, l’opération d’affacturage est un procédé permettant de faciliter la gestion de trésorerie d’une entreprise en optimisant son cash flow.

Cette solution permet à l’entreprise de se garantir contre les défauts de paiement. En effet, les sociétés spécialisées dans l’affacturage garantissent à leurs clients de les couvrir de manière totale ou partielle contre les risques d’impayés selon la prestation sélectionnée.
Plus généralement, étant donné que l’entreprise n’a plus à se soucier de l’encaissement de ses factures à leurs termes, cela lui évite d’une part, tout problème de trésorerie et d’autre part, cela lui permet de se focaliser d’avantage sur le développement de son coeur de métier.

L’entreprise est donc protégée dans l’ensemble de son activité.
En ce qui concerne le coût de ce type de solution, il est dans la majorité des cas composé des éléments suivants :

  1. La commission d’affacturage : généralement calculée sur le montant des créances cédées au factor. Le taux de cette commission varie en fonction des factors, mais, généralement, ce dernier varie entre 0,15% et 1,5% du montant des créances. Il est à noter que le taux moyen de cette commission se situe aux alentours de 0,70%.
  2. Les intérêts débiteurs : ils représentent le risque encouru par l’entreprise. Généralement calculé en fonction de l’Euribor (un des principaux taux de référence du marché monétaire de la zone Euro). Généralement, en plus de l’offre « classique » permettant de répondre aux besoins de trésorerie des entreprises, les sociétés d’affacturage proposent d’autres services comme la gestion des comptes clients ou encore l’assurance-crédit.

Le marché de l’affacturage a connu une croissance de près de 20% au premier trimestre 2010 par rapport au 1er trimestre 2009, et ce, pour un chiffre d’affaire qui s’est élevé à 34 Milliards d’euros. Ce marché a donc effacé en deux trimestres l’équivalent de la baisse ressentie sur les 3 premiers trimestres de 2009. Face à un marché aussi porteur, il semble nécessaire, pour les sociétés de conseil, de proposer des outils technologiques permettant aux entreprises d’optimiser le processus de règlement de leurs créances.
En effet, il pourrait être envisagé de proposer des solutions de paiement en ligne via un système de signature électronique ou encore de mettre en place des outils de reporting efficaces, permettant à l’entreprise de suivre en temps réel l’état des créances clients, actuelles et futures, ainsi que de contrôler l’état de sa trésorerie.

Il est également envisageable d’intervenir sur ce marché porteur du côté du vendeur afin de l’accompagner dans la phase d’implémentation de la solution d’affacturage. L’intervention pourrait notamment porter sur des problématiques comptables, où l’une des solutions envisageables serait la consolidation des données comptables d’affacturage, la modification du plan de compte et des schémas comptables, afin de faciliter la relation entre le vendeur et le factor.
Pour tout risque identifié, il existe une opportunité à saisir, c’est en cela que les cabinets de conseil doivent se positionner sur ce marché en plein expansion, afin de toujours être à l’écoute de leurs clients, tout en étant à l’avant garde du business.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux