L’approche "design thinking" : comment susciter et manager l’innovation en entreprise ?

Article paru le 28 septembre 2016 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Innovation Organisation

Définition et origines

Le Design Thinking est un état d’esprit défini par “la conviction de pouvoir faire la différence et suivre un processus intentionnel afin de parvenir à des solutions nouvelles et pertinentes, qui créent un impact positif”.

C’est une approche qui se veut empathique, collaborative, optimiste et expérimentale. Si les premières apparitions du Design comme mode de pensée datent des années 70, le Design Thinking a été développé dans les années 80 par Rolf Faste à l’université de Stanford. Initialement constituée de 7 étapes non linéaires (Définir, Rechercher, Imaginer, Prototyper, Sélectionner, Implémenter et Apprendre), elle a par la suite été ramenée à 5 étapes dans la version la plus répandue aujourd’hui.

Les 5 étapes du Design Thinking

Si l’approche “Design Thinking” est souvent représentée de façon linéaire, elle est entièrement itérative et permet de revenir à tout moment sur les autres étapes.

1. Empathy

L’empathie consiste à se mettre à la place d’un client / utilisateur / consommateur afin de comprendre ses besoins et/ou les problèmes qu’il rencontre dans la satisfaction de ses besoins. Cette étape repose sur l’ouverture, l’échange et l’observation.

2. Define

La Définition a pour but d’expliciter et de cadrer le problème à adresser sur la base des observations de la phase “Empathie”.

On peut, par exemple, recourir à la méthode des “5W” et se poser 5 fois la question “Pourquoi ?” (“Why” en anglais) pour identifier la cause la plus profonde à adresser.

C’est à ce moment qu’est définie la problématique à laquelle la solution finale devra répondre.

3. Ideation

Les non initiés réduisent souvent la pensée design à cette phase. Il s’agit de rechercher le plus de solutions possible à la problématique précédemment identifiée. Cette phase repose sur les techniques de Brainstorming telles que la méthode metaplan (ou “post’it”).

4. Prototype

Le prototypage vise à montrer le plus tôt possible au client / à l’utilisateur / au consommateur une ébauche. La génération de prototypes successifs doit permettre de s’approcher au maximum d’une solution cible.

Cette avance en “quick-wins” génère des retours et permet, si besoin, de boucler sur les phases d’empathie et de génération d’idée.

L’avancée des technologies permet aujourd’hui de générer rapidement des prototypes à des coûts raisonnables (infrastructures PaaS et SaaS, imprimantes 3D, etc.).

5. Test

Le test place la solution cible entre les mains ou sous les yeux des clients, utilisateurs ou consommateurs de manière à juger de sa capacité à répondre à la problématique posée.

Là encore, le retour obtenu peut déboucher sur une modification de tout ou partie de la solution et sur de nouveaux besoins ou problèmes à adresser.

Les apports du Design Thinking pour les organisations

Le “Design Thinking” peut s’avérer très utile lors de la définition de nouveaux produits ou services et dans la résolution des problèmes. Il pousse les collaborateurs à sortir des sentiers battus pour parvenir à des solutions innovantes.

Si sa pertinence et ses résultats ne sont plus à prouver, sa mise œuvre peut toutefois s’avérer difficile au sein de certaines organisations dont le contexte et la culture en freinent l’adoption.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux