L’auto partage, c’est quoi ?

Article paru le 7 mai 2015 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Transports

L’auto partage s’est rapidement développé ces dernières années. Cet engouement s’explique par des considérations financières (hausse du prix du pétrole, coût d’entretien d’un véhicule personnel, …) et l’expression d’une volonté environnementale tant des pouvoirs publics (politiques limitant l’usage de la voiture en ville), que des particuliers.

La promesse de nombreux avantages

L’auto partage est un service complémentaire aux autres modes de transports. Il favorise l’inter- et la multi-modalité par sa souplesse et sa simplicité. Ce service est très apprécié en zone urbaine car il permet aux usagers de s’affranchir de la contrainte de stationnement. Il offre également un avantage économique comparé à l’utilisation d’un véhicule personnel et modifie de façon progressive les comportements, ce pourquoi l’exécutif s’y intéresse. Enfin, en se substituant à la voiture individuelle, il réduit les émissions de gaz à effets de serre et les phénomènes de congestion.

Zoom sur Autolib’

La Bluecar de Bolloré est arrivée en ville en 2011.

Elle séduit de plus en plus par sa simplicité et son réseau. En effet, Autolib’, c’est plus de 2500 véhicules dans 64 communes de la banlieue Parisienne. Ses bornes de charges sont compatibles avec les autres véhicules électriques. La voiture propose une autonomie d’environ 250 kms en zone urbaine. Autolib’ fonctionne en trace direct (possibilité de déposer son véhicule dans toute borne du réseau) et propose une facturation à la minute, ce qui facilite son utilisation. Un service d’assistance est à disposition de l’usager 24h/24, 7j/7.

Les avancées du groupe Bolloré lui ont ainsi permis d’innover à l’international et d’acquérir une expertise sur les composants électriques.

Qui sont les acteurs de l’auto partage ?

De nombreuses entreprises se font concurrence sur ce marché à l’échelle nationale et internationale. On peut citer Mobizen, Citiz, Zipcar du groupe américain Avis ou encore Autolib’.

La plupart d’entre elles proposent des services B2C, mais de plus en plus d’initiatives B2B émergent. Les entreprises clientes peuvent ainsi proposer à leurs salariés des services d’auto partage dédiés (Bouygues Telecom dispose d’un parc de 20 Citroën C-Zero géré par ING Car Sharing pour les déplacements professionnels de ses employés).

Outre les fournisseurs de services d’auto partage, les industriels aussi tirent profit de cette pratique. On peut citer les constructeurs de véhicules électriques ainsi que les éditeurs de progiciels spécialisés.

Et en termes de SI ?

Afin d’assurer un service d’auto partage performant, les entreprises du secteur doivent se doter de systèmes d’information spécifiques.

Elles doivent être à même de gérer en temps réel les différents utilisateurs du service ; que ce soit en termes de places de parking, ou bien en termes de disponibilité des véhicules. Pour ce faire, elles utilisent des systèmes d’information géographiques (SIG).

Ces derniers permettent la localisation, la gestion des infrastructures et des télécommunications nécessaires entre les stations, mais aussi vers les usagers. A cela s’ajoute souvent une Gestion de Maintenance Assistée par Ordinateur (GMAO , qui permet de planifier les interventions, de gérer les achats, les stocks, mais aussi les personnels.

A noter que l’auto partage est particulièrement adapté aux véhicules électriques, surtout en zone urbaine. En effet, bien que la voiture électrique particulière se développe lentement, elle s’intègre parfaitement dans le contexte d’une offre multimodale.

De fait, il faut également que le SI puisse gérer la charge électrique des véhicules ainsi que la relation avec le fournisseur d’énergie.

Chiffres clés

  • Plus de 100 000 abonnées en 2015 pour Autolib’
  • 39% Progression de l’auto partage en France en 2014
  • 41% Baisse moyenne du nombre de kilomètres parcourus après adoption de l’auto partage
  • 65% des auto-partageurs se sont abonnés moins de 6 mois après avoir découvert ce mode de déplacement.
Partagez cet article sur les réseaux sociaux