L’autoconsommation, un modèle qui séduit

Article paru le 4 mai 2018 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Newsletter Énergie

Aujourd’hui, de nombreux foyers et entreprises en France se munissent de panneaux photovoltaïques parfois même d’éoliennes pour produire leur électricité localement. La plupart revendent leur production à des fournisseurs d’énergie grâce à des tarifs de rachat fixés en fonction de la quantité d’électricité produite.

Toutefois un nouveau mouvement est en train de se mettre en place : l’autoconsommation.

Cette solution concerne majoritairement des sites isolés mais compte aujourd’hui de plus en plus d’adeptes qui ne sont pas nécessairement déconnectés du réseau. Comment devenir autoconsommateur ? Pourquoi adopter cette nouvelle tendance ? Et quel rôle jouent les grandes entreprises et les start-up dans cette évolution de consommation ?

Etre autoconsommateur, le geste éco-citoyen facile à mettre en place

On peut parler d’autoconsommation énergétique lorsque l’électricité produite par un foyer est consommée par le producteur, sans vente d’électricité. Toutefois, le problème d’équilibre entre la consommation et la production se pose. Ainsi, en cas de surplus de production, l’énergie peut être stockée dans des batteries adaptées (autoconsommation totale) ou bien injectée sur le réseau de distribution (autoconsommation partielle). Dans le cas contraire, l’électricité manquante pourra être fournie par un fournisseur d’électricité. Aujourd’hui seulement 5000 particuliers ont tenté l’aventure mais le marché est en plein essor grâce à la baisse du prix des panneaux photovoltaïques et l’augmentation du prix de l’électricité.

Etre autoconsommateur, les avantages de ce nouveau mode de consommation

En adhérant à l’autoconsommation, un foyer affiche clairement sa volonté de participer à la transition énergétique et renforce sa prise de conscience de l’importance du recours aux énergies renouvelables et du respect de l’environnement. A cet enjeu sociétal s’ajoutent des enjeux économiques et financiers puisque les foyers allègent nettement leurs factures annuelles d’énergie, même s’il faut prendre en compte les investissements initiaux d’installation de panneaux, d’éoliennes, de batteries… Ce mode de consommation permet de devenir plus indépendant et autonome vis-à-vis des différents fournisseurs d’énergie électrique et de se déconnecter des futures hausses substantielles attendues des prix de l’électricité en fixant définitivement ses coûts sur le long terme.

Etre autoconsommateur, les nouvelles technologies pour vous accompagner

Ce nouveau mode de consommation oblige les acteurs du marché de l’électricité à s’adapter. Côté fournisseurs d’énergie, EDF a lancé une nouvelle offre « Mon soleil et moi » proposant un dimensionnement et une installation de panneaux photovoltaïques, un pilotage des usages et un suivi des consommations en complément d’un stockage électrochimique. Engie a aussi lancé une offre similaire intitulée « My Power ». Le sujet attire également le gestionnaire du réseau de distribution qui, bien qu’il s’inquiète de son financement si l’autoconsommation se démocratise, réalise des investissements pour moderniser ses infrastructures afin d’être en capacité d’accueillir ces nouveaux usages.

D’autres acteurs développent des projets liés au stockage d’énergie. Plusieurs technologies sont en cours d’expérimentation avec, entre autres le « Power to Gas », qui consiste à convertir l’électricité en hydrogène et à la stocker sous pression. Cette technologie est actuellement testée en Corse sur la plateforme MYRTE (Mission Hydrogène Renouvelable pour l’inTégration au réseau Electrique), mais aussi sur les batteries domestiques lithium-ion développées par Tesla. Concernant la gestion de la consommation, les brevets déposés par Comwatt en font le précurseur de la gestion active des équipements électriques avec leur produit IndepBox, une box domotique intelligente. Enfin, la technologie Blockchain pourra être mise au service de l’auto consommation collective comme le montre le projet, encore au stade d’expérimentation, TransActiv Grid à Brooklyn où cinq producteurs et cinq consommateurs échangent localement leur électricité via un nanogrid.

Etre autoconsommateur, les lois s’adaptent pour vous

Dans le cadre de la loi transition énergétique adoptée en août 2015, une ordonnance encadrant ce nouveau mode de consommation est entrée en vigueur le 24 Février 2017. Cette loi encourage l’auto consommation individuelle aussi bien chez les particuliers que les entreprises en exonérant les foyers concernés de la CSPE (Contribution au Service Public de l’Electricité) et en proposant des subventions aux entreprises. Elle fixe également les règles de l’autoconsommation collective au sein de bâtiments tertiaires et logements collectifs. Elle favorise ainsi le développement des énergies décentralisées.

L’intérêt grandissant pour l’autoconsommation qu’affichent les autorités, les grandes entreprises et les start-ups montre que ce nouveau mode de consommation pourra très rapidement se démocratiser au sein de la société et devenir un maillon fort des Smart Grids.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux