La Gouvernance d’un dispositif SOA

Article paru le 17 juillet 2009 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans :

L’architecture orientée service (SOA : « Service Oriented Architecture ») est un concept architectural qui vise à mettre en place un système d’information souple et mobile proposant une nouvelle manière d’organiser les applications en ensembles fonctionnels.

Trois éléments fondamentaux constituent une SOA :

  • Le service est l’unité de composition de ce type d’architecture et représente une fonction bien définie pouvant être sollicitée par différents processus métier. A chaque service est assigné un contrat, donnant des informations sur les entrées/sorties et sur les engagements en termes de qualité du service ciblé.
  • L’annuaire recense les services utilisés dans le SI et fournit une cartographie fonctionnelle et applicative.
  • Le middleware (ex : ESB, EAI) assure l’interaction entre les services.

Relations services, fournisseurs et consommateurs

Le SOA crée un SI modulaire avantageux d’un point de vue fonctionnel puisque le partitionnement détaillé en services permet à la fois de mieux reconstruire les processus métiers et aussi de mieux s’adapter aux infrastructures applicatives existantes. L’utilisation de nouveaux services toujours plus performants assure l’optimisation de l’efficacité opérationnelle.
Par ailleurs, la souplesse applicative de ces architectures est une réponse intéressante aux problèmes rencontrés lors des évolutions du SI, avec notamment la réduction du temps de mise en place de nouveaux services, leurs impacts étant minimes sur l’existant. Sur le plan économique, les technologies SOA favorisent la capitalisation et la réutilisabilité des meilleures pratiques et pérennisent ainsi les investissements et les développements d’hier.

Mettre en place une architecture SOA est un projet d’entreprise vaste qui ne peut pas se restreindre à des considérations purement techniques (Quel est le meilleur outil pour ce service ?) ni purement fonctionnelles où les services ne sont pas réellement identifiables. Une démarche SOA dépend plus d’une capacité à intégrer différents aspects tels que : les activités représentées par les services, la place de ceux-ci dans le SI, l’orchestration sur laquelle va se baser l’organisation, l’architecture technique, le retour sur investissement.

La mise en place d’une SOA est donc un projet d’entreprise conséquent qui peut être accompagné par des outils de gouvernance qui assurent différentes activités pour gérer plus facilement les services du SI :

  • identification et description des ressources SOA (services, les contrats, la documentation, la structure de l’entreprise),
  • définition des règles de gouvernance (les « SLA » : Service Level Agreement ) pour contrôler la qualité des services,
  • surveillance et suivi des services,
  • analyse des répercussions sur les composants lors d’une modification d’un service,
  • aide à l’orchestration des processus.

Un récent rapport du cabinet Gartner (The Value of SOA - mars 2009 - langue anglaise) a évalué les offres des éditeurs pour la supervision d’une démarche SOA suivant des critères tels que la couverture fonctionnelle et leurs capacités d’exécution. Dix éditeurs ont été sélectionnés pour leurs suites technologiques ; trois se distinguent par leurs capacités à faire face à l’hétérogénéité des SI : Hewlett-Packard (SOA Center et SOA Manager), Progress (Actional) et Software AG (Centrasite Governance Edition).

Partagez cet article sur les réseaux sociaux