La carte SIM, un nouvel enjeu pour les banques.

Article paru le 16 juillet 2009 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans :

Un salon ’Payez Mobile’ s’est tenu à Paris les 17 et 18 juin dernier. Le Club Finance y a (re)découvert les nouveaux usages des téléphones mobiles - notamment pour les paiements - mais aussi dans un cadre bancaire beaucoup plus général. Le club vous propose une synthèse de cette visite.

En Afrique, certains pays disposent de réseaux de téléphonie mobile beaucoup plus développés que les systèmes de paiements électroniques. En profitant du clavier et de l’écran à disposition de tous possesseurs de téléphone comme terminal de paiement, des sociétés ont développé des solutions de paiement pour les commerçants. Pour les particuliers titulaires de compte bancaire, c ‘est aussi un moyen simple et rapide pour effectuer des virements.

En France, ce mode de paiement est utilisé par des collectivités locales pour la facturation des places de parking mais les expérimentations portent désormais sur le paiement sans contact.
Une nouvelle expérience aura lieu à Nice au printemps 2010 avec les trois opérateurs mobiles, les sociétés de transport et l’Université de Sophia Antipolis. Après des essais à Caen et Strasbourg, ce test grandeur nature validera le modèle économique impliquant pour la répartition des coûts, les opérateurs, les commerçants et les banques. En effet les banques ne souhaitent pas laisser les opérateurs s’accaparer des marges sur les systèmes de paiement et pourtant ceux-ci attendent un retour pour leurs investissements dans des appareils équipés d’antennes NFC et pour les cartes SIM associées.

La technologie offre encore d’autres possibilités de rapprochement entre les opérateurs de téléphonie mobile et les banques. Les cartes SIM sont développées selon des processus et des normes qui les rendent compatibles avec la certification EAL4+ comme les puces des cartes bleues. Avec une procédure de délivrance très stricte, les cartes SIM peuvent détenir des informations confidentielles et personnelles garantissant l’authentification de leur porteur. C’est pourquoi SFR propose à des banques ou d’autres institutions d’y stocker des certificats numériques. Ces certificats participeront aux développements de la signature numérique, une utilisation qui devrait se développer avant le paiement sans contact puisqu’il ne sera pas nécessaire de changer de téléphone.
La signature numérique est attendue par les banques pour faciliter la souscription de crédits car aujourd’hui 50% des dossiers de crédits soumis à signatures ne sont pas renvoyés.

Enfin une autre application peut recourir à la carte SIM et à ces certificats, il s’agit de la génération de mot de passe non rejouable (en anglais OTP : One Time Password) pour l’accès aux sites bancaires. Cette utilisation pourrait devenir incontournable l’an prochain.

L’utilisation des cartes SIM par les banques pour les paiements, la souscription de produits ou tout accès aux services en ligne est promise à un bel avenir. Sa mise en œuvre dépendra de la capacité des banques et des opérateurs mobiles à mutualiser les investissements et à répartir équitablement les bénéfices futurs.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux