La dématérialisation des factures fournisseurs vue par les entreprises européennes

Article paru le 29 novembre 2010 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans :

Le livre blanc « Dématérialisation des factures fournisseurs en Europe : état des lieux et perspectives des solutions en mode SaaS » rédigé par IDC (Cabinet spécialisé dans le conseil et l’étude sur les marchés des technologies de l’information) en collaboration avec la société Esker (Editeur de solutions de dématérialisation) a été publié mi-septembre. Suite à une étude réalisée dans plusieurs pays d’Europe et auprès de plus de 100 entreprises, ce livre blanc dresse un bilan des freins et bénéfices perçus par les entreprises sur les offres de dématérialisation des factures fournisseurs.
Le constat suivant est fait : 58 % des factures fournisseurs sont encore reçues au format papier et plus de la moitié des entreprises les saisissent manuellement dans leur comptabilité. Les services comptables consacrent ainsi environ 30 % de leur temps à la saisie manuelle des factures fournisseurs.

Pourtant, la majorité des entreprises interrogées reconnaît que ce mode de fonctionnement est source d’erreurs, dont certaines peuvent être lourdes de conséquences (factures impayées par exemple) et commence à bien identifier les bénéfices apportés par l’automatisation du traitement des factures. En tête des bénéfices, elles voient notamment la réduction du temps passé pour la saisie ou encore la conformité avec les obligations réglementaires de délai de paiement (Voir schéma ci dessous).

PNG - 54.2 ko
Bénéfices d’une solution d’automatisation des factures fournisseurs
Description textuelle de l’image

Le principal frein cité est lié au cadre légal de la dématérialisation dite « fiscale » (voir encadrés ci-dessous). En effet, les règles fixées sont très précises, la facture n’étant pas uniquement un document qui traduit le coût d’un achat, mais est aussi destinée à faire preuve en cas de contrôle.

Toutefois, et grâce notamment à l’évolution rapide du cadre légal qui permet d’établir une chaîne de confiance du traitement du document électronique, 62% des entreprises faisant l’objet de l’étude disent prévoir d’automatiser la saisie de leurs factures dans les deux prochaines années.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux