La publicité, un combat sans fin entre Médias et Adblockers

Article paru le 28 août 2017 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Médias

Contexte et problématique

Dans un monde où l’information transite par les smartphones, tablettes et ordinateurs portables, il est rare de ne pas être confronté à la publicité. Aujourd’hui, elle se décline sous différentes formes :

  • Bannières statiques ou dynamiques sur les sites web
  • Encarts spécifiques dans les fils d’actualité et onglets de navigation sur Facebook
  • Liens sponsorisés, positionnés en première page des résultats d’une recherche sur Google
  • Vidéos de courtes durées avant le visionnage d’un contenu sur YouTube ou Dailymotion

Prendre parti dans le débat de l’utilisation des bloqueurs de pub est particulièrement difficile. Dans une certaine mesure, la publicité est pour les lecteurs une source d’information redondante, inintéressante, ralentissant l’expérience utilisateur, parfois intrusive dans la vie privée. Néanmoins, il est important de rappeler qu’elle reste une source indéniable de revenus pour les médias.

La navigation sur le WEB, sans sollicitation de la publicité est un confort. Cependant, certains sites concentrent une partie, voir la totalité de leurs fonds de roulement sur ces revenus.

Les acteurs du marché anti-publicités

Dans cette démarche de lutte pour un Internet sans publicités, des opportunités se sont créées, permettant la naissance de sociétés spécialisées dans le développement de logiciels « adblocker » (ADB). Aujourd’hui, les acteurs les plus connus sur le marché sont :

  • Adblock Plus
  • uBlock Origin
  • Disconnect
  • Privacy Badger
  • Ghostery

Toutes ces sociétés empêchent les médias de profiter d’une part du gâteau publicitaire, estimé à 3 453 milliards € en 2016, suivant l’étude de l’IREP et FRANCE PUB. La manière de naviguer sur le WEB, devenu saturé s’est vue transformée au fil des années.

Aujourd’hui, près de 36% des français possèdent un ADB (étude Ipsos sur l’utilisation des adblocks 2016), pour améliorer l’expérience de navigation et la protection de leurs données personnelles. Parmi les points marquants que l’on peut souligner, en termes d’efficacité, sur l’utilisation de ces bloqueurs de pub, on note :

  • La réduction nette de la consommation de ressources
    • Processeur
    • Mémoire vive
    • Bande passante
  • La désactivation des outils d’intrusion dans la vie privée
    • Système de suivi / trace numérique
    • Analyse par le Big Data

Les contre-attaques envers les ADB

Pour les contrer, les géants du WEB et des médias tentent d’apporter, chacun à leur manière, des réponses.

Parmi les exemples que l’on peut citer, nous retrouvons :

  • Le combat constant entre le réseau social Facebook et Adblock Plus, qui essaient mutuellement de se trouver des failles dans le code de leurs applications, pour afficher ou empêcher l’affichage de publicités
  • Les messages et illustrations des médias, avec une démarche plus pédagogique, communiquant sur les impacts financiers et humains que génèrent ces ADB.

Les méthodes pour capter l’attention des internautes sont différentes :

  • D’un côté, il y a ceux qui empêchent l’accès à leurs contenus en suggérant soit de :
    • Catégoriser le site en liste blanche, autorisant ainsi la publicité ;
    • Supprimer les ADB ;
    • Souscrire à un abonnement payant, donnant accès à du contenus premium, libre de publicités.
  • D’un autre côté, il y a ceux qui autorisent la consultation de leur site, en sensibilisant par des dessins humoristiques.
    Ci-gît une publicité tuée par Adblock.Comme on vous aime, on l'a remplacée par un sourire

Le futur visage d’Internet

Ce combat autour de la publicité ne fait que commencer. Aujourd’hui, de nouvelles « start-up », comme Secret Media ou Page Fair, voient le jour. Financées par de grands groupes médiatiques, ces dernières développent des solutions anti-ADB.

À terme, cette rivalité n’aura pour seule conséquence que la dénaturation de l’identité d’Internet, délaissant le libre-échange et le partage, au profit d’un espace payant, restrictif dans son accès.

C’est dans ce cadre-là que les cabinets de conseil peuvent apporter leurs expertises aux médias, en les accompagnant dans la transformation de leurs modèles économiques et dans leur prise de décision, notamment sur le choix et l’adoption d’une solution adaptée à leurs besoins.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux