La santé, prochain terrain de jeu privilégié des GAFA ?

Article paru le 4 septembre 2019 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : e-Santé Newsletter Santé

Il y a 10 ans, Facebook venait tout juste d’être créé, Amazon n’était qu’un magasin de livres en ligne, Google essayait toujours de s’imposer face à Yahoo et Apple venaient de lancer le premier iPod. Aujourd’hui, 90% des recherches sur Internet passent par Google, 16% de notre temps en ligne est passé sur Facebook et Apple a changé notre mode de vie grâce aux « Devices » (Ipod, Smartphones, Ipad ...), à ses applications à contenu multiple et à d’autres nouveaux produits.

Ces géants de la technologie numérique, surnommés GAFA (pour Google, Amazon, Facebook et Apple) cherchent aujourd’hui à se diversifier et à conquérir d’autres industries dont une en particulier qui ne cesse de se développer : la santé.

En effet, avec le vieillissement rapide de la population, la pénurie de personnels de santé et le nombre croissant de maladies chroniques, il est nécessaire de repenser les soins, et ces entreprises se sentent aujourd’hui les mieux placées pour cibler les besoins des patients au vu de la proximité qu’ils ont avec leurs utilisateurs.

Un secteur d’ores et déjà investi

Parmi les GAFA, Apple et Google sortent particulièrement du lot, car ils monopolisent à eux deux les principaux systèmes d’exploitation des smartphones en France et dans le monde, ce qui leur donne un avantage pour proposer à leurs clients des applications orientées santé comme Health Kit pour Apple ou l’application Google Fit pour Google, qui mesurent le niveau d’activité physique, souvent sans même que nous le sachions, et qui permet d’intégrer les données générées par les objets connectés que sont l’Apple watch, les balances connectées, etc.

Alphabet, la maison mère de Google, est la plus diversifiée dans la Santé, avec des implications allant de la génétique à la télémédecine. Elle a ainsi investi dans 23andme, société de biotechnologie américaine, leader de son marché, qui propose une analyse du code génétique aux particuliers, dotée de l’une des plus grandes bases de données d’ADN au monde.

En outre, Google détient des participations dans Oscar Health, startup basée à New York qui concurrence les assurances maladie en misant sur le numérique, et en permettant ainsi aux adhérents de bénéficier de téléconseil et de téléconsultations médicales à toute heure.

Il y a également Flatiron Health, qui construit une plateforme de données dédiée à l’oncologie ou Impossible Foods qui développe des viandes et des fromages à base de plantes. Sans oublier les applications indirectes des outils Google à la Santé, comme Google Trends qui est utilisé pour prédire les épidémies de grippe avec plus d’efficacité que les réseaux de veille sanitaire

Amazon pose quant à lui pose un pied dans le monde pharmaceutique, plus en lien avec son métier de vente en ligne et de distribution. En effet, le géant de l’e-commerce a racheté PillPack, société spécialisée dans la livraison de médicaments en doses préemballées. C’est à la fois de la distribution et cela permet également d’améliorer l’observance. Amazon a par ailleurs obtenu en 2017 une licence de pharmacien dans plusieurs États américains, mais ne vend pas encore de médicaments sur ordonnance.

Faut-il s’inquiéter de leur positionnement ?

Les GAFA ont un rôle quasi inédit dans notre société : omniprésents au quotidien, ils sont en position de monopole sur leurs marchés respectifs : Apple par exemple avec sa présence sur les iPhones et le dynamisme du développement des applications, ou Amazon sur sa position bientôt incontournable dans la livraison des produits de la vie courante.

Ce positionnement actuel d’ultra-leader peut soulever des inquiétudes sur le respect des régulations en vigueur sur la protection de la vie privé et des libertés individuelles. Ces mêmes régulations souvent contournées par ces géants, voire ignorées, dans des pays tels que les Etats-Unis ou la Chine. En effet, on parle beaucoup des GAFA et beaucoup moins de leurs équivalents chinois, les « BATX » : Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi, qui arrivent très fort, avec une dynamique d’influence de diffusion de leurs valeurs qui ne mettent pas nécessairement l’accent sur le respect des droits de l’homme et de la démocratie.

Le domaine de la santé tourne autour des données - les antécédents familiaux du patient, son dossier médical, ses ordonnances et la littérature médicale en constante évolution. Plus il est facile et rapide de collecter et de coordonner toutes ces données entre le patient et médecin, meilleurs en seront les soins fournis.

Il est impossible de parler des GAFA sans soulever la question des données privées collectées par ces géants. La question est d’autant plus pertinente que le secteur de la santé est très sensible aux usages abusifs de ces données. Cependant, il convient de rappeler les efforts déployés par l’Europe pour nous protéger : comme la mise en place du RGPD, Règlement Général de Protection des Données, entré en vigueur en mai 2018 et appliqué également aux sociétés étrangères non implantées en Europe qui traitent des données de citoyens européens ou de personnes étant sur le territoire européen.

Autant d’opportunités que d’obstacles

Au-delà de la donnée cependant, dont la collecte et l’exploitation est au coeur de l’expertise des GAFA, ces "techgéants" auront à répondre aux grands enjeux structurants de la santé actuelle. Notamment, être en mesure de faciliter la médecine 4P (Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative), qui requiert d’avoir accès à de puissants algorithmes basés sur de l’IA, qui commence à peine à produire des premiers résultats sur ce secteur en France. Par ailleurs, il convient également de noter que le cadre de bioéthique nécessaire à la collecte et au traitement de la masse de données (résultats d’examens, données génétiques, données issues d’application de wellness ou d’objets connectés,...) est en constante évolution, comme l’atteste le rapport des Etats Généraux de la Bioéthique de l’année dernière, et qu’il reste aujourd’hui très protecteur.

Les GAFA ont certes un avantage technologique dans la course à l’outillage de l’ e-Santé en France, et plus globalement dans le Monde, mais cette longueur d’avance ne saurait prévaloir face au rythme de l’innovation médicale et sanitaire, qui prend historiquement plus de temps, ainsi qu’au rythme des législations et mœurs.

Ainsi, les GAFA auront certainement un rôle à jouer dans le développement de l’ e-Santé en France ; non pas de leaders en situation de monopole, mais comme catalyseur, facilitateur d’innovations technologiques et sociétales.

Cet article a été réalisé par Youssef Kizou

Partagez cet article sur les réseaux sociaux