Le Décisionnel : à contre courant de la crise

Article paru le 30 mars 2009 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans :

Malgré un contexte de crise, les logiciels outils, et applicatifs décisionnels du marché continuent de représenter un domaine d’investissement important pour les entreprises et les administrations françaises. En effet, disposer rapidement d’un outil de reporting et de simulation est précieux lorsqu’il s’agit de prendre des décisions stratégiques pertinentes avec des marges de manœuvre réduites. L’objectif : réduire les coûts ou encore fidéliser ses clients.

Fait marquant de ces dernières années :
Une forte concentration des principaux acteurs du marché

Un mouvement de consolidation sans précédent a redistribué les cartes entre les principaux acteurs du marché. Tout juste 10ème du classement des éditeurs de logiciels décisionnels en France fin 2006, SAP est devenu leader sur ce marché, suivi de près par le spécialiste SAS présent sur l’ensemble des segments technologiques, puis par trois autres géants : Oracle, IBM et Microsoft. Ces 5 acteurs majeurs représentent à eux seuls plus de 50% de parts de marché en France.

2008 : une solide résistance face à la crise

En 2008, le marché des logiciels et services décisionnels a dépassé les 2 Milliards d’euros (croissance de 6,2% entre 2007 et 2008).
Le marché de l’édition (revenus licences et maintenance), a lui, atteint 700 Millions d’euros grâce à une croissance de 8,6% légèrement supérieure à la moyenne européenne (+8,2%).

Perspectives pour 2009 : une croissance supérieure au marché du logiciel

Selon le cabinet IDC, le marché français devrait ralentir en 2009 mais continuer de croître à un rythme élevé (+5,9%), atteignant ainsi +745 millions d’euros malgré le contexte de crise économique. Le ralentissement devrait impacter l’ensemble des segments de marchés technologiques dans des proportions similaires.
Les secteurs d’activité les plus touchés seront évidemment l’industrie manufacturière, ainsi que, dans une moindre mesure, les services aux entreprises, les médias et la Finance (environ 30% du marché). Le secteur public surtout, mais aussi la santé, les transports et l’industrie de transformation devraient alors contribuer plus fortement à cette croissance que les années précédentes.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux