Les objets connectés au service de la transition énergétique

Article paru le 30 novembre 2016 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Énergie

À l’heure de la digitalisation où smartphones et tablettes font partie intégrante de notre quotidien, internet élargit son spectre en se connectant aux objets et fait ainsi émerger une nouvelle ère : « l’internet des objets ».

Dans un contexte de réchauffement climatique et de raréfaction des énergies fossiles, les objets connectés tendent à jouer un rôle important dans la réduction de la consommation en énergie, véritable enjeu de la transition énergétique.

Innover, maître-mot pour ne pas se « déconnecter »

Le secteur de l’énergie investit à grande échelle dans des projets ayant pour vocation d’intégrer les objets connectés dans les processus de gestion de l’énergie.

Après une première étape franchie avec les compteurs communicants, le marché de l’énergie développe des objets connectés et pousse la digitalisation un cran au-dessus.

Au-delà des objets connectés, l’innovation est au centre de la transition énergétique, c’est pourquoi les acteurs du secteur multiplient les actions de recherches et développement afin de mettre au point des solutions bénéfiques pour notre planète et pour nos portefeuilles.

Les objets connectés font partie intégrante des leviers pour rester compétitif, à la pointe des avancées technologiques.

Dans cette perspective, les acteurs du secteur multiplient les partenariats avec des start-up afin de développer, expérimenter et mettre en place des solutions innovantes.

Start-up et acteurs du secteur de l’énergie sur la même longueur d’onde

En Juillet 2015, GRDF a déployé avec la start-up Singularity Insight des lunettes connectées permettant aux techniciens de communiquer en temps réel les éléments de leurs interventions à un expert non présent sur le site.

Les drones sont également une priorité de GRDF qui travaille aux côtés d’Azur Drones sur différents sujets : surveillance pointue de l’état du réseau gazier dans les zones difficiles d’accès ou cartographies thermiques d’habitations permettant d’analyser, d’évaluer les éventuelles déperditions de chaleur, et de conseiller les propriétaires sur les éventuels travaux à mener en vue de combler les failles en matière d’isolation.

Très actif dans le domaine, GRDF a également collaboré avec la start-up FD Topographie, sur le projet LIDAR (Light Detection And Ranging) qui consiste à effectuer une cartographie tridimensionnelle du réseau de distribution. La technologie s’appuie sur des capteurs positionnés sur un véhicule en mouvement scannant les réseaux urbains à la vitesse du trafic.

De son côté GRTGaz a développé avec Eridanis des bornes connectées ayant pour objectif la signalisation des infrastructures, nécessaire pour éviter l’endommagement du réseau par des tiers et renforçant les moyens standards de surveillance.

La course aux objets connectés a démarré au sein des acteurs du secteur. Ces derniers ont la volonté de mettre en place des réseaux d’énergie de plus en plus performants et intelligents à destination des consommateurs.

En parallèle, le marché des objets connectés à destination des clients finaux, notamment à travers la domotique, est également en pleine expansion.

Quand « domotique » rime avec « transition énergétique »

La domotique, centralisant toutes les innovations technologiques au service de l’habitat, développe de nouvelles perspectives dans l’optimisation et la gestion de la consommation d’énergie.

Les possibilités sont nombreuses : contrôler sa consommation d’eau à l’aide du pommeau de douche Hydrao qui selon un jeu de couleur indique son niveau de consommation ou encore réguler la température d’une résidence en fonction de la météo extérieure grâce au thermostat connecté Qivivo.

Souvent connue pour être destinée aux particuliers, la domotique s’implante désormais dans les entreprises, démontrant l’importance d’être tous acteurs de la transition énergétique.

Le secteur de l’énergie est donc en effervescence. Dans un environnement où il est indispensable de moins et mieux consommer, les objets connectés sont une opportunité pour élaborer de nouveaux réseaux intelligents et améliorer les habitudes des consommateurs. Néanmoins, ce domaine laisse entrevoir des capacités encore non exploitées du fait de son manque de maturité.

Dans un secteur en perpétuelle mutation, les acteurs de l’énergie cherchent chaque jour à repousser les limites de l’innovation.

Ceux-ci mènent d’ores et déjà de nouvelles réflexions sur des objets connectés autonomes en énergie renforçant encore d’avantage la volonté de les utiliser au service de la transition énergétique.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux