Les réseaux sociaux à l’assaut des entreprises

Article paru le 22 avril 2011 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans :

470 millions d’utilisateurs, telle est la taille gigantesque revendiquée par le premier réseau social en ligne : Facebook.
En quelques années il s’est imposé comme LA référence incontournable du réseau social dans la sphère publique au même titre que l’est devenue Google pour la recherche sur Internet.

L’engouement massif pour ces nouvelles pratiques a fini par gagner le monde de l’entreprise puisqu’ aujourd’hui les réseaux sociaux sont en voie de transformer les habitudes de travail au sein de l’entreprise.

Rapide tour d’horizon de cette nouvelle tendance.
Les Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE) sont basés sur un fonctionnement similaire aux réseaux thématiques que l’on trouve sur Internet : Facebook, MySpace, Viadeo...Ils fournissent un ensemble de services destinés à faciliter les interactions entre personnes : mise en relation de collaborateurs, partage et recherche d’informations, communication...Ils se caractérisent par une logique de navigation centrée sur les personnes et non plus sur les documents. Chacun possède sa propre identité numérique et peut passer du stade de lecteur pour devenir contributeur.
En 2009, les projets de déploiement à grande échelle étaient encore timides, mais 2010 démontra une nette montée en puissance : les pionniers des NTIC (Orange, Alcatel, SFR, HP) ont été rejoints par des entreprises de tous secteurs (Bouygues, Auchan, BNP...). Même si le marché est encore modeste, une forte croissance est à prévoir. Selon une étude Gartner, les investissements d’entreprises dans les réseaux sociaux représentent aujourd’hui 500 millions d’euros et ce chiffre progresserait de 16% en 2011.

Lors du salon Documation 2011 qui s’est tenu au CNIT fin mars et auquel mc²i Groupe a participé, il suffisait de parcourir les allées pour comprendre que le “RSE” était devenu un sujet très à la mode. Une multitude de nouveaux acteurs sont apparus et tentent de se faire une place sur le secteur : Jive, Telligent, Yoolink ou Bluekiwi sont les noms de ces jeunes pure-players. Face à eux, les géants issus du monde du Portail comme Microsoft (avec SharePoint) ou IBM (avec WebSphere) ont déjà réagi pour occuper le créneau et proposent des briques sociales dans tous leurs produits.

Les bénéfices promis par la socialisation dans les entreprises laissent rêveur :

  • Simplification du partage et de l’accès à la connaissances,
  • Enrichissement et promotion des contenus de l’entreprise,
  • Stimulation des échanges et de l’innovation autour du savoir de l’entreprise,
  • Augmentation de la réactivité de l’entreprise,
  • Meilleur suivi et ressenti de la structure.

Cependant la faible maturité des outils et le manque de recul sur les expérimentations effectuées freinent encore les entreprises à généraliser de telles pratiques, car celles-ci présentent certains risques :

  • Pour le management : contester les hiérarchies, désorganiser les savoirs de l’entreprise , devoir s’aligner sur des pratiques grand public.
  • Pour l’organisation : menacer la confidentialité, empiéter sur le temps de production, multiplier les circuits d’information, susciter le rejet ou le désintérêt.
  • Et enfin pour le système d’information : concurrencer voire phagocyter les autres systèmes existants et maintenir une telle infrastructure.

En conclusion, il n’existe pas encore d’indicateurs officiels pour mesurer l’impact des réseaux social d’entreprises mais les premiers retours d’expérience se révèlent assez probants. D’ores et déjà, deux facteurs sont identifiés comme fondamentaux pour réussir la mise en place d’un réseau social d’entreprise : prévoir en amont une vraie conduite au changement et organiser le futur schéma de gouvernance.

Sources :

Partagez cet article sur les réseaux sociaux