Les technologies de l’information au service du stockage de l’électricité

Article paru le 16 août 2016 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Énergie

Le stockage de l’électricité est l’une des réponses aux défis de la transition énergétique. Il permet entre autres de pallier les variations de production des énergies intermittentes et de favoriser le développement des « smart cities ».

Le modèle de production centralisé actuel tend alors vers une multitude de sources d’énergie capables d’être injectées ou soutirées sur le réseau. Cette nouvelle architecture offre aux acteurs du marché de nouvelles opportunités dont les technologies de l’information sont un levier incontournable.

Une maison intelligente au bout des doigts

Les consommateurs ont à leur disposition de nouveaux dispositifs de stockage offrant une plus grande flexibilité de consommation d’énergie.

Par exemple le Powerwall de Tesla est une batterie domestique permettant de contenir 10 kWh, ce qui est suffisant pour alimenter durant une soirée un foyer classique. Associée à un panneau solaire, une maison peut même devenir indépendante du réseau national. EDF Énergies Nouvelles vient d’annoncer le lancement d’un dispositif similaire courant 2016.

L’accès aux données est un axe de différenciation auquel le consommateur est de plus en plus sensible. Ces deux acteurs doivent proposer des outils informatiques puissants permettant d’optimiser le réseau des particuliers en toute autonomie.

Imaginons une application mobile permettant de choisir à tout moment de faire appel au réseau national, aux réserves d’énergies ou à la production d’un panneau solaire.

Couplés aux données des compteurs Linky, ces acteurs sont capables d’offrir une expérience utilisateur inédite à condition d’avoir défini au préalable une stratégie digitale visionnaire.

L’information pour tous

Les systèmes d’information au cœur de la distribution et du transport devront également subir une mutation.

Les points de stockage d’électricité étant de plus en plus nombreux et diffus, la volumétrie et le trafic des données vont considérablement augmenter.

Le « Vehicle-to-grid » ou « V2G » est une technologie qui consiste à utiliser les batteries des véhicules électriques afin d’injecter ou de soutirer de l’électricité sur le réseau.

Si l’on se base sur les prévisions du Ministère de l’Écologie, d’ici 2020 plus de 2 millions de véhicules électriques seront autant de batteries mobiles disponibles en France. Les services informatiques des acteurs de l’acheminement de l’électricité doivent s’appuyer sur une expertise en transformation des systèmes d’information et en big data pour s’adapter à ce nouvel environnement.

Les industriels sont également à intégrer dans les phases de conception et de recueil du besoin des nouveaux projets informatiques. En effet, le stockage thermique est une solution performante et largement déployée. Le concept de cette technique consiste à stocker la chaleur ou le froid lorsque l’activité est en baisse. On considère aujourd’hui une disponibilité de plusieurs gigawatts sur le réseau national.

« 2015 est une année de bascule » pour le stockage de l’électricité en masse d’après Pierre-Guy Therond, directeur des nouvelles technologies chez EDF EN.

Certains producteurs d’électricité augmentent leur capacité de stockage notamment grâce à la technologie des batteries lithium-ion. Une nouvelle installation dans l’Illinois vient d’être mise en service avec une capacité de 20 mégawatts avec pour objectif de stabiliser la fréquence du réseau.

Les moyens de l’Europe

Dans ce contexte, une des priorités de l’Union Européenne est d’instaurer, via le paquet « Union de l’énergie » un cadre réglementaire homogène.

L’accès aux données et l’interfaçage des systèmes d’information doivent être simplifiés et l’innovation doit être favorisée pour mieux stocker et mieux consommer.

Les défis du stockage de l’électricité ne reposent donc pas uniquement sur la performance des technologies de stockage, mais également sur la capacité de des acteurs de l’électricité à exploiter les technologies de l’information pour répondre aux enjeux d’un environnement en pleine mutation.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux