Loi Macron : un an après, où en est le secteur des Transports ?

Article paru le 27 juillet 2016 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Transports

Votée en Août 2015, la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques (dite loi Macron) a, en plus d’ouvrir le capital des aéroports de Nice et Lyon, ouvert la possibilité aux transporteurs par autocar d’assurer des liaisons régulières sur le territoire national.

Que disait la loi ?

Le transport interurbain par autocar a longtemps fait office de parent pauvre du secteur du transport de passagers. En 2009, le cabotage sur les lignes internationales devenait autorisé s’il ne représentait pas plus de 50% du trafic et du chiffre d’affaires.
Mais c’est en août 2015 que le transport par autocar prend le devant de la scène grâce à l’adoption de la loi Macron qui libéralise sur le territoire national ce mode de transport jusqu’à lors délaissé.

Depuis la rentrée 2015, il est ainsi possible de lancer de nouvelles lignes d’autocar pour les distances de plus de 100 km. Pour les lignes de moins de 100 km, une autorisation est requise et distribuée par l’Autorité de Régulation des Activités Ferroviaires et Routières (ARAFER) dans le cas d’absence de risques économiques sur les autres modes de transport impactés.
En ce sens, la loi Macron a pour but de dynamiser le transport par autocar, susceptible d’attirer une clientèle jeune, bien que moins rapide et moins confortable, par son avantage économique.

Quels changements pouvons-nous observer ?

De nombreuses création de lignes

Après une année, on comptabilise 7 opérateurs sur le réseau national et plus de 200 lignes ont été créées. A l’inverse, faute de clients, certaines lignes créées pour évaluer la demande voyageur ont d’ores et déjà été fermées.

Acteur historique sur le paysage ferroviaire, cette “nouvelle concurrence” a poussé la SNCF a lancer sa propre compagnie de transport en autocar, afin de limiter la concurrence des autres acteur sur ses lignes de trains.

Les chiffres récoltés démontrent l’ampleur du marché :

  • 3 millions de passagers transportés en 10 mois
  • 715 liaisons quotidiennes (274 en septembre 2015)
  • 157 villes et aéroports desservies (75 villes en septembre 2015)
  • Plus de 2500 départs et arrivées par jour ,dont 261 vers l’étranger (800 en septembre 2015)
  • Près de 1500 emplois nets créés

Des services innovants à destination des voyageurs

L’ouverture à la concurrence a également poussé les opérateurs à offrir des services innovants aux voyageurs afin de se différencier de leurs concurrents.

A ce titre, l’ensemble de la flotte déployée par les acteurs du marché présentent des services innovants comme par exemple :

  • Billetterie dématérialisée de bout en bout,
  • Wifi gratuit ou payant embarqué,
  • Tablettes en libre usage avec diffusion de contenu multimédia,
  • Systèmes intelligents pour l’optimisation de la gestion des flottes,
  • Live TV (Télévision Satellite embarquée).

En définitive, la loi Macron a offert aux voyageurs de nouvelles dessertes et de nouveaux services innovants. En revanche, ces opérateurs de transport sont en concurrence directe avec les services d’auto-partage, développés il y a plusieurs années déjà.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux