Mesure de l’audience sociale : quels enjeux pour les chaînes de TV ?

Article paru le 2 octobre 2014 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Médias

74% des internautes utilisent un second écran pendant leur émission TV. 43% des internautes le font en rapport avec le programme qu’ils regardent (source : CSA).

Depuis quelques années, le marché français de l’audience sociale se développe. Les chaînes TV souhaitent mesurer et qualifier plus finement les interactions autour de leurs programmes. Pour cela, elles exploitent l’utilisation des réseaux sociaux notamment à travers un dispositif de second écran : ordinateur, smartphone et autre tablette. 

La mesure de l’audience sociale représente donc un réel enjeu pour les chaînes de TV quand on sait qu’en France lors de la diffusion d’un programme, un tweet sur deux a pour sujet la télévision (source : CSA).

Quels intérêts pour les programmes TV ?

L’intérêt majeur de l’utilisation d’un second écran, pour les chaînes TV, est de mesurer les réactions des téléspectateurs au cours du programme. Au-delà du nombre de téléspectateurs présents devant une émission, la mesure de l’audience sociale retrace des informations sur le comportement des internautes. Il est alors possible de mesurer le ressenti des téléspectateurs par rapport au programme en analysant la conversation sociale via les tweets émis, pendant, avant ou après l’émission. Un pic des conversations sur les réseaux sociaux est généralement atteint durant l’émission.
 
Cette analyse permet aux chaînes TV de prendre des décisions sur leurs programmes afin d’accroître leurs audiences et également leurs recettes publicitaires, car le nombre de tweets confirme l’attachement des téléspectateurs et la popularité du programme.

Vers une norme de mesure de l’audience sociale

Actuellement, il existe plusieurs notions de mesures de l’audience sociale :

  • Mesure de la durée de l’activité sociale : pendant l’émission, avant et/ou après,
  • Mesure du périmètre : uniquement sur Twitter, également sur Facebook, voire sur d’autres réseaux sociaux,
  • Mesure du contenu des messages : évaluations positives, négatives ou d’avantage sophistiquée.

L’analyse de toutes ces informations est facilitée par l’apparition d’outils d’analyse statistique de plus en plus performants.

Aujourd’hui, Twitter a racheté la majorité des nouveaux outils spécialisés dans l’audience sociale : SecondSync, Mesagraph, etc. De plus, le site de microblogging s’est associé à Mediametrie, spécialiste français de la mesure d’audience. Ce partenariat a pour but de déployer en 2015 une norme de mesure d’audience sociale : le Mediamétrie Twitter TV Ratings. Actuellement, seule la mesure du nombre de tweets par émission est possible. Cette norme permettra alors de mesurer le nombre de vues d’un tweet évoquant un programme TV car les internautes lisent d’avantage les tweets qu’ils n’en produisent !

Un phénomène qui connaît des limites

Malgré cette progression, la puissance de l’audience sociale n’atteint pas encore celle des écrans traditionnels de télévision et il n’existe pas de corrélation directe entre les deux.

Par exemple, une émission comme Rising Star, qui génère de fortes interactions sociales, cumule les baisses d’audience. Ce programme est le premier en France a exploiter l’utilisation d’un dispositif social sur second écran : les téléspectateurs peuvent voter via une application dédiée. Malgré 3 millions de votes et 158 000 tweets, la part d’audience ne s’élevait qu’à 11% lors du deuxième épisode (source : Mesagraph). Pour le moment, l’utilisation d’un dispositif social sur second écran ne convainc pas les téléspectateurs.

La social TV ne révolutionne pas encore la télévision traditionnelle mais constitue un bon compagnon pour nos bons vieux postes. Pour les chaines TV, la maîtrise des médias sociaux et de la production de leur contenu est indéniable pour suivre le mouvement.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux