Modernité dans le recrutement

Article paru le 18 janvier 2012 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans :

Des nouvelles tendances apparaissent dans le recrutement. Alors que certaines se révèlent éphémères, d’autres s’inscrivent dans la durée et donnent lieu à de nouvelles pratiques.

Actuellement, les entreprises cherchent à améliorer la visibilité de leurs offres d’emploi en modernisant leurs pratiques de recrutement ou encore leurs sites internet. Certaines pratiques qui étaient, jusque là, peu utilisées sont aujourd’hui devenues incontournables et continuent de se développer. En effet, il devient maintenant difficile d’isoler internet du processus de recrutement.

De même, les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Viadéo…) ont tendance à devenir des outils de communication fréquemment utilisés par les recruteurs.

Facebook peut permettre aujourd’hui de trouver un job !

En 2010, Alcatel Lucent France a lancé une campagne de recrutement sur Facebook et Twitter visant 100 jeunes diplômés, prouvant ainsi que les réseaux sociaux peuvent être aujourd’hui considérés comme un moyen de trouver un emploi…

Cependant, le résultat de cette campagne s’est soldé par un nombre de candidatures moindre : les réseaux sociaux seraient pour l’instant de bons outils de sourcing et de cooptation mais n’ont pas encore remplacé les méthodes dites « traditionnelles ».

En 2009, le site CareerBuilder a effectué un sondage auprès de sociétés américaines, sur l’utilisation des réseaux sociaux dans le recrutement.

L’étude indique que cette pratique est en constante augmentation mais pas seulement pour attirer les candidats. Parmi les sondés, 45% confirment consulter les profils des candidats au moment du processus de sélection, sans pour autant avoir déposé une offre d’emploi sur le réseau. L’enquête a ainsi montré que plus d’un employeur sur trois déclarent même avoir écarté des candidatures suite à la consultation de ces profils. Les réseaux sociaux peuvent donc être à la fois une source importante de candidatures mais aussi un outil de sélection radicale…

Dans cette tendance, le site internet Image In People associe modernité et méthodes classiques. Spécialisé dans le recrutement, il offre la possibilité via une plateforme de réaliser des visio entretiens et de les envoyer aux employeurs. Chaque candidature est enregistrée sous forme de vidéo avec un compte-rendu écrit mentionnant le parcours, l’expérience ou encore la motivation. Ensuite, le site se charge d’envoyer la candidature aux entreprises qui recrutent.

Le recrutement par les jeux vidéo

Autre tendance très en vogue dans le recrutement : le « Business Game », c’est-à-dire l’utilisation de jeux vidéo.

L’Oréal a ainsi lancé « Reveal », un jeu qui propose à tout étudiant de découvrir les métiers de la société et de se tester par une mise en situation. Ces méthodes ont toujours été préconisées par la société, avec la création en 1993 de business games sectoriels. En 2007, l’entreprise avait déjà marqué sa campagne de recrutement avec l’utilisation de « Second Life » où il devenait alors possible pour les candidats d’incarner des personnages virtuels dans un monde créé par eux-mêmes.

De même qu’en 2010, EDF a lancé « Energy TaskForce », un jeu d’aventure interactif européen en anglais.

Cependant, ces méthodes de recrutement ont des limites car elles sont très coûteuses.
De plus, les candidats sélectionnés ne peuvent échapper au classique entretien d’embauche. Peut-on alors parler de rapidité de traitement ?
Pas toujours…

En fait, les entreprises qui essaient d’attirer les jeunes générations, s’offrent bien souvent un véritable coup de pub. Si bien que c’est davantage l’image de marque de l’employeur qui est impactée, plutôt que son propre modèle de recrutement.

Ainsi, la tendance dans le recrutement est que les réseaux sociaux continuent à se généraliser dans les pratiques. Leurs utilisations tendent à devenir de véritable réflexe de sourcing. En revanche, les nouvelles méthodes de « recrutement virtuel » restent limitées, avec parfois un résultat et un impact plus marketing que RH.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux