Network code on, vers une meilleure intégration des marchés européens de l’électricité

Article paru le 4 mai 2018 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Newsletter Énergie

Vers une Europe de l’équilibrage

Les marchés de l’électricité fonctionnent sur le même principe d’équilibre permanent entre production et consommation. De nombreux risques ou aléas (variation des températures, surconsommation, défaillance réseau) font fluctuer la consommation alors que la production est globalement stable et prédictible.

L’électricité ne se stockant pas, un des enjeux de chaque Gestionnaire Réseau de Transport (GRT) est de garantir l’équilibre du réseau, grâce à des mécanismes de marché (réserve, baisse de consommation, effacement, etc) permettant d’injecter ou de soutirer de l’électricité sur le réseau et ainsi conserver sa fréquence nominale de 50 Hz.

Le Network Code on Electricity Balancing (NC EB) a pour ambition d’harmoniser les codes régissant certains mécanismes de marché à l’échelle européenne pour créer un marché d’ajustement européen facilité.

Parmi les grands principes sur lesquels reposent le règlement « NC EB », il y en a trois qui sont fondamentaux :

  1. La clarification des responsabilités des différents acteurs (responsables d’équilibre, fournisseurs de services d’ajustement, gestionnaires de réseau de transport).
  2. La différenciation des marchés de l’Energie et de l’équilibrage ainsi que la mise en place de plateformes communes pour partager les offres d’ajustement à une maille européenne.
  3. La nécessité pour ces offres d’ajustement d’être comparables entre elles et donc standardisées afin de permettre leur partage au niveau européen.

Le règlement NC EB impose désormais que la gestion de l’équilibre réseau se fasse avec des produits standards (FCR, aFRR, mFRR, RR) :

  • Frequency Containment Reserve (FCR) : La réserve primaire représente les réserves de puissance active disponibles permettant de contenir les écarts de fréquence du système après l’apparition d’un déséquilibre. Exemple : En France jusqu’en janvier 2017, tous les producteurs de plus de 40 MW devaient réserver une partie de leurs puissances pour alimenter la réserve.
  • Automatic Frequency Restoration Reserve (aFRR) & Manuel Frequency Restoration Reserve (mFRR) : Qualifiées de réserve secondaire et de réserve rapide, elles permettent de restaurer la fréquence dans un délai rapide, automatiquement pour la aFRR et manuellement dans un délai inférieur à 15 min pour la mFRR.
  • Replacement Reserve (RR) : Cette réserve complémentaire est sollicitée pour reconstituer la réserve rapide préalablement mobilisée dans un délai supérieur à 15 minutes.

Le but du règlement EB est de fournir un cadre permettant l’échange de réserves entre pays. C’est-à-dire ne plus laisser les gestionnaires de transports définir les règles de réserve mais de contractualiser les besoins en réserve par des appels d’offres entre pays. Une fois que les produits d’équilibrage ont été standardisés, il faut pouvoir les partager au sein de plateformes européennes d’échanges.

La mise en place du NC EB par des projets pilotes

Le projet pilote TERRE (Trans European Replacement Reserves Exchanges) pour l’équilibrage transfrontalier est dédié à l’échange d’offres d’énergie de produit RR. Il permet de tester les futures plateformes d’échanges européennes au vu de son périmètre permettant d’envisager le futur :

Projet TERRE

Ce projet est basé sur :

  • La conception d’un produit standard pour l’échange de RR.
  • Les principes algorithmiques d’activation des offres dudit produit permettant de répondre aux besoins des GRT.
  • La méthodologie de règlement des échanges d’énergie de RR.
  • La gestion des capacités d’interconnexion ainsi que le processus d’échange et sa chronologie.

Les premiers résultats du projet TERRE sont très prometteurs du point de vu coûts-bénéfices, ce qui indique qu’un déploiement des plateformes au niveau européen se fera rapidement.

La transition énergétique entraîne des besoins accrus de flexibilité du système électrique et européen, ainsi l’instauration d’un marché de l’équilibrage en Europe a pour objectif d’intégrer au maximum les énergies intermittentes renouvelables au réseau.

L’intégration européenne des marchés de l’équilibrage nécessitera de réconcilier des processus d’équilibrages nationaux structurellement très différents : centralisé/décentralisé, réactif/proactif. Ces différences historiques sont dues aux nombreux paramètres nationaux : taille du réseau, mix énergétique, niveau de concurrence, etc.

La commission a fixé à avril 2021, la mise en place au niveau européen des plateformes d’échanges, une adaptation est donc nécessaire pour tous les pays tout en gardant une flexibilité du fait des technologies innovantes qui ne manqueront pas une fois de plus de bouleverser le marché.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux