Outils de recette : toute une stratégie

Article paru le 13 juillet 2012 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans :

Au cœur d’un marché du test en pleine croissance, les éditeurs confortent leur position en démultipliant les offres logicielles ; il n’est donc pas rare d’utiliser des solutions outillées au sein des projets informatiques lors des phases d’homologation. Véritable choix stratégique, il convient cependant d’en maitriser leur utilisation.

Un outil modèle de conception

Ces outils, composés de modules intégrés tels que le module de gestion des exigences, de gestion des cas de tests, de gestion des exécutions et de gestion des anomalies, s’inscrivent dans toutes les phases de la recette et ne sont pas sans y insérer une certaine approche définie par le mode d’organisation des tests envisagé par l’éditeur.

Les concepts des outils de recette sont, comme dans la plupart des logiciels, structurés suivant une logique liée à leur modèle de développement. Une campagne sera composée, par exemple, d’instances d’exécution de cas de tests composés d’étapes, les cas dépendant eux-mêmes d’un panel d’exigences, etc.

Au-delà de l’approche standard de compréhension de l’outil, les impacts fonctionnels, rédactionnels et organisationnels sur les phases de préparation et d’exécution de la recette doivent être mesurés, afin d’aligner la stratégie en fonction. Le choix de l’outil n’est donc pas léger ; ce n’est pas parce qu’il a été décidé de déployer un outil, et malgré les efforts commerciaux des éditeurs, que la recette ne connaîtra pas ses écueils.

Un outil imposant la rigueur

Les fonctionnalités à disposition pourront ainsi varier d’un outil à l’autre ou d’une version à l’autre mais dans tous les cas, les concepts à utiliser, les personnes s’en occupant et leur conception et maintien doivent être définis en amont. Dès la préparation, c’est une rigueur générale dans l’utilisation de l’outil qui doit être mise en place Ainsi, afin de pouvoir utiliser la complexité des exigences et la volumétrie des tests associés pour pondérer les efforts sur les campagnes, produire des reportings exploitables, des suivis cohérents et des résultats de recette permettant une validation de la phase ; l’ensemble des actions réalisées au sein de l’outil doit suivre les mêmes exigences d’exploitabilité et de cohérence pour l’ensemble des acteurs.

Un outil au cœur de la phase de recette

De cette manière, l’utilisation pertinente du logiciel de test apporte :

  • Une base de réflexion en définition de stratégie de recette pour formaliser les bonnes pratiques et structurer l’emploi des concepts via l’exploitation de l’outil,
  • Une fois renseignée de manière cohérente : un référentiel de la culture de test de l’entreprise, permettant de conserver, tant qu’il est maintenu, une base de tests pouvant être partagée avec l’ensemble des acteurs intervenants sur des durées plus ou moins longues – renforts en recette – ou dans des conditions plus exotiques – recette externalisée.

Si l’on se donne en amont d’une part le temps et l’effort de prise en main de l’outil et d’autre part la rigueur de son utilisation, cela peut représenter un véritable atout pour maitriser, organiser et piloter l’homologation de son projet.


Cet avis d’expert a été également publié sur le Journal du Net.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux