Petit tour d’horizon de Drupal

Article paru le 10 juillet 2009 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans :

Drupal est un outil en fait assez révolutionnaire, qui, avec sa flexibilité et ses outils d’aide à la conception, permet de faire à peu près tout en termes d’application WEB, notamment la nouvelle plateforme GPEC, que certains consultants de mc²i Groupe ont d’ailleurs déjà testée.

Basé sur la technologie PHP/MySQL, Drupal est à la frontière d’un CMS et d’un Framework de développement (Zend Framework par exemple). Là où il se démarque largement par rapport à certains de ses concurrents (ex : eZ Publish, Typo3, Joomla), c’est qu’il n’y a aucune limite dans les possibilités qu’il offre. Il peut aussi bien s’orienter vers un portail web classique, un intranet, ou n’importe quelle autre application.

Une structure flexible

La structure de base d’un site Drupal ne gère que des nœuds (contenus variés : ex : article, image, galerie d’images, vidéos), des types utilisateurs (et leurs rôles) et des types commentaires.

Là où cela devient intéressant, c’est lorsque que l’on peut lier tous ces types de contenus entre eux, afin d’en faire de plus complexes.

Si l’on associe des commentaires à un nœud, on créera une base habituelle article/commentaire que l’on peut trouver sur la plupart des sites actuels. On peut également associer un ou plusieurs utilisateurs à un nœud, ils en deviendront le ou les auteurs.

Et si l’on crée des liaisons entre utilisateurs, nous créerons un début de plate-forme communautaire type Facebook. Ajoutez à cela un lien entre des utilisateurs et des contenus, vous créerez une plateforme collaborative.

Une structure modulaire

Drupal sans ses modules, c’est un peu comme stylo sans encre, il ne peut pas faire grand-chose… Alors si l’on veut étendre les possibilités d’un tel CMS, il suffit de lui « accrocher » des modules d’extension, qui permettront d’augmenter la puissance de Drupal en ajoutant de nouvelles fonctionnalités.

On peut donc enrichir ces nœuds afin de gérer des contenus complexes (ex une fiche de compétences pour la GPEC, qui est un nœud auquel on a rattaché plusieurs champs de compétences, le tout par interface graphique).

Il est donc possible de rajouter, avec les modules, des briques fonctionnelles qui vont étendre les possibilités de Drupal.

Vous pouvez ainsi construire des applications très puissantes en quelques jours, car la configuration du système et son extension ne se fait quasiment qu’à la souris.

Des références de plus en plus nombreuses

Même si Drupal est encore relativement jeune (depuis les années 2000), 380 000 sites l’utilisaient déjà en 2008. On peut citer entre autres des sites comme Harvard Science, Warner Bros Records, ou bien plus près de chez nous : Rue89, France24, Mediapart (Sites de presse) et pour finir le très récent site du gouvernement, qui vient de quitter le CMS SPIP pour rejoindre Drupal.

Ce dernier risque de donner une crédibilité supplémentaire à la communauté Drupal, qui reste pour le moment majoritairement présente aux Etats-Unis.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux