Quand la révolution mobile bouscule la presse

Article paru le 29 décembre 2015 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Mobile Médias Services mobiles

Qui n’a jamais consulté les news du jour sur son portable avant d’arriver au bureau ou pendant la pause déjeuner ? A l’ère de l’innovation digitale, les comportements sociaux ont changé, l’immédiateté et la consultation permanente des actualités font partie de notre quotidien.

D’après les statistiques, 2 visites sur 5 d’un titre de presse numérique se font depuis un smartphone, 37% des français s’informent au moins une fois par semaine via leur mobile et plus de la moitié du temps passé sur les médias numériques se fait depuis des apps. La mort de la presse écrite étant estimée en France à 2029, il devient indispensable pour les médias d’innover, pour survivre à la révolution numérique et faire face à la migration des audiences sur mobile. Il convient de conquérir un public plus large, et plus jeune, tout en s’adaptant aux nouveaux usages. Pour y parvenir, la presse dispose de plusieurs possibilités : site web responsive, applications mobiles, distribution des contenus via un tiers.

Les apps mobiles : nouveaux supports de diffusion de l’information

Les applications mobiles offrent une opportunité à la presse de se réinventer en proposant des nouvelles expériences aux lecteurs. Ce support permet aux médias traditionnels de publier des contenus courts et incisifs, complétés par des notifications et images à impact fort, délivrant une information de manière simple et immédiate.

Le journal Le Monde l’a bien compris. Après avoir lancé son application mobile d’actualité en continu en juin 2014, les équipes du Monde ont publié La Matinale en mai dernier. Cette application gratuite permet aux utilisateurs de consulter chaque matin les news du jour sous forme d’articles concis. Forte de son succès, La Matinale a été téléchargée plus de 200.000 fois le mois de sa sortie.

De la même façon, le quotidien économique Les Échos, qui avait lancé sa première app un an plus tôt, a récemment revu son approche mobile avec la publication d’une nouvelle version trois en un comprenant : Les Échos Live (fil d’actualités en temps réel), le contenu éditorial du site des Échos avec analyses et décryptages, et la consultation du quotidien via une liseuse. Les Échos revendiquent 27.000 abonnés et estiment qu’ils réalisent 30% du trafic numérique sur mobile.

Le business model de ces applications se base sur un principe de gratuité jusqu’à un certain niveau. Si l’utilisateur souhaite lire l’intégralité des articles ou accéder à du contenu exclusif, il doit souscrire à un abonnement payant.

Les apps mobiles représentent un canal décisif mais il est difficile de se faire une place sur le podium des applications les plus utilisées. La presse a donc tout intérêt à se servir de l’audience des médias sociaux pour subsister.

Les médias sociaux : des intermédiaires en plein essor

Les réseaux sociaux, largement utilisés sur smartphone, sont devenus des outils efficaces pour relayer l’information en temps réel. Ils s’imposent petit à petit comme les intermédiaires essentiels entre les médias traditionnels et leurs utilisateurs, créant ainsi une nouvelle communauté de lecteurs. Les mobinautes ne se contentent plus de lire passivement les articles mais ils les commentent et les partageant.

Conscient de ce phénomène, le célèbre réseau social Facebook, a déployé le 20 octobre dernier une nouvelle fonctionnalité Instant Article. Ce format de publication, censé se charger dix fois plus vite qu’un contenu standard, permet d’afficher des articles de presse provenant de sources partenaires dans le fil d’actualités.

Le géant Apple s’y est mis aussi avec News, une nouvelle application native disponible avec la mise à jour iOS 9. Ce vecteur de diffusion nouvelle génération permet aux utilisateurs de lire une sélection d’articles personnalisée dans une interface soignée et optimisée pour les iPhones.

L’application populaire de photos éphémères Snapchat a, quant à elle, lancé début 2015 un service de mise en avant de contenus éditoriaux : Snapchat Discover. Ce dernier permet de mettre à la disposition des utilisateurs des articles répartis en plusieurs chaînes, mis à jour quotidiennement.

Ces différentes initiatives favorisent l’émergence d’une audience motivée et intéressée, que les médias traditionnels doivent encourager en créant des passerelles entre les réseaux sociaux et leurs contenus. La profusion de ces plateformes et leur puissance de diffusion font de ces outils des intermédiaires influents et efficaces, proposant un format de contenu attrayant, adapté au mobile, avec un temps de chargement plus rapide.

En conclusion, les médias d’information ont bien compris l’importance de se développer sur les nouveaux canaux de diffusion et ont choisi de placer le mobile en tête de leurs priorités. Malgré le déclin de l’audience papier, l’audience globale de la presse ne faiblit pas grâce à l’explosion des audiences sur mobile. Mais la tendance « Mobile First » soulève de nombreux enjeux technologiques que les acteurs médiatiques vont devoir apprendre à maîtriser.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux