Quel impact de la digitalisation sur la fonction RH ?

Article paru le 11 octobre 2016 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Newsletter Ressources humaines Tribune

La transformation digitale n’est pas sans conséquences sur l’organisation des directions RH. Le métier doit s’adapter. Toutefois, le digital ne semble pas avoir les faveurs des fonctions supports, les DRH ne faisant pas exception.

Alors que certaines directions (marketing, distribution…) ont pris le virage du numérique dans un souci business et marketing, les RH ont dans un premier temps jugé ce changement moins prioritaire. Selon l’étude « RH et Transformation digitale » réalisée en 2015 par Unow, bien que 9 professionnels RH sur 10 estiment qu’ils ont un rôle clé à jouer dans la digitalisation de leur entreprise, 7 sur 10 considèrent la transformation digitale de leur métier comme trop lente.

L’exemple du recrutement

Le domaine le plus visible d’une DRH, et de fait l’un des plus stratégiques pour l’entreprise, est le recrutement. Ce domaine a vu la plus forte croissance du numérique. La fameuse « expérience candidat » tirée de « l’expérience client » n’est pas étrangère au développement du numérique dans les pratiques RH : applications mobiles de recrutement, entretiens vidéos synchrones et asynchrones… Côté interne, ce sont les ATS (Applicant Tracking System, ou plus simplement, les outils de recrutement) qui quittent les serveurs de l’entreprise pour le Cloud.

Le collaborateur, « client » de l’entreprise ?

Une prise de conscience s’opère et les autres domaines RH ne tardent pas à suivre. Le rôle des professionnels RH s’étend : outre les volets traditionnels comme la paie ou la formation, le collaborateur est repositionné au cœur des débats. La notion de capital humain prend un nouveau sens. Dans cette optique, le collaborateur est perçu comme « client » et les directions RH mettent en place des outils pour suivre, évaluer, informer, faire collaborer les salariés dans une optique de fidélisation. Le passage du papier au numérique porte désormais sur tous les aspects : gestion des talents, GPEC, formation…
Ainsi les projets digitaux se déploient dans le paysage RH : le « paperless », la gestion électronique des documents (GED), les réseaux sociaux d’entreprise (RSE), la dématérialisation de l’entretien individuel, le badgeage en ligne, le e-learning puis le digital learning, la dématérialisation du bulletin de paie et la mise en place de coffres forts numériques…

Les exemples de projets ne manquent pas et touchent l’ensemble des collaborateurs. De fait, les directions RH se doivent d’être porteuses du changement et de participer à sa mise en œuvre dans les autres directions de l’entreprise.

Nouveaux outils, nouveaux modes de travail

La digitalisation porte sur toute l’entreprise, et il appartient aux DRH de s’assurer de l’acceptation de ce changement par les collaborateurs. Cette problématique a fait l’objet du Rapport Mettling en septembre 2015 : la diffusion en masse de nouveaux outils dans les entreprises remet en question les modes de travail traditionnels, et induit des changements majeurs dans l’organisation du travail. Cette évolution étant une nécessité dans l’économie actuelle, il est indispensable d’être en capacité d’y faire face.
Par exemple, l’introduction des Smartphones en entreprise, la généralisation des VPN (virtual private network) et l’accroissement de la mobilité redéfinissent la façon de travailler en étendant géographiquement et temporellement l’activité professionnelle : au bureau, dans les transports, à domicile, avec des horaires de travail aux contours flous. Les DRH ont un rôle à jouer afin de prévenir des excès que ces pratiques peuvent engendrer (bien-être du collaborateur, équilibre vie professionnelle / vie privée, droit à la déconnexion…) mais aussi les risques de sécurité générés par la mobilité des données sensibles de l’entreprise.
Le rôle clé des RH

C’est là l’un des nouveaux rôles des RH que d’assurer les transitions numériques pour les salariés en mettant à leur disposition les outils et les moyens de se former, mais aussi en les sensibilisant sur les nouveaux modes de travail.

Se tourner vers le digital est aussi un moyen pour les services RH de valoriser leur position dans l’entreprise : plus que jamais, la fonction RH doit être considérée comme créatrice de valeur pour une entreprise dont les premiers clients sont les collaborateurs. En s’appuyant sur ce rôle de facilitateur de la transition vers le digital, les DRH peuvent réaffirmer leur rôle clé dans l’organisation.

Tribune de Romain Cudon, consultant senior chez mc²i Groupe.

Lire la tribune sur le site : Focus RH

Partagez cet article sur les réseaux sociaux