Quels moyens de paiement en 2013 ?

Article paru le 29 août 2012 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans :

La technologie NFC pour un paiement plus rapide

Le paiement sans contact devrait se développer dans les mois qui viennent. Après plusieurs expérimentations à Nice, Caen et Strasbourg, Orange s’est lancé le premier dans le déploiement de carte SIM compatible NFC (Near Field Communication). Ces cartes, associées avec un téléphone lui aussi compatible NFC comme de nombreux smartphones de dernière génération, permettront de régler les petits montants (moins de 25 euros) en approchant son appareil à moins de 4 cm d’un terminal de paiement. Le temps de passage en caisse devrait nettement diminuer !

Simplifier le paiement en ligne et accompagner les utilisateurs de smartphone dans le processus d’achat, c’est l’objectif de Visa et de Mastercard en 2013. Ils débarqueront en France avec deux nouvelles solutions de portefeuille électronique : V.me pour Visa et Paypass pour MasterCard. Ces solutions remplaceront la saisie fastidieuse des numéros de carte et du cryptogramme par un simple login/password renouvelable. Des solutions équivalentes existent déjà (Paypal, Kwixo et Buyster) mais restent assez confidentielles de par le nombre limité de partenaires.

Avec ces solutions globales de paiement, il sera possible de payer ses achats avec un smartphone dans un magasin afin d’éviter le passage en caisse. Cependant, les commerçants pourraient être réticents à cette solution à cause des frais de commission qui restent élevés sur les petits montants. (Ce fut l’une des raisons de l’échec de Moneo).

De plus, les français craignent le piratage de ces portefeuilles électroniques et cette inquiétude ne fait qu’augmenter (64% des personnes sont opposées au paiement sans contact en 2012 contre 59% en 2011 selon l’IFOP). La préférence des français va aux moyens de paiement biométriques.

Un nouveau moyen de paiement sécurisé : la biométrie

En France, la CNIL a imposé des limitations quant à l’utilisation de la biométrie. L’empreinte ne doit pas pouvoir être prélevée à l’insu de la personne. Cette empreinte ne doit pas être stockée dans un fichier centralisé mais pourrait l’être, par exemple, dans la carte bancaire du client (carte NFC désactivable).

La banque Accord expérimente cette année l’utilisation d’empreintes des réseaux veineux des doigts ou des veines de la paume de la main. En passant en caisse, l’empreinte du client est scannée puis comparée avec celle contenue sur la carte du client (qu’il garde dans sa poche car elle est accessible à distance avec la technologie NFC). Cette vérification prend moins de temps que l’utilisation du code PIN classique.

A l’étranger, Ingenico déploie des terminaux de paiement en Afrique notamment au Bénin. Ceux-ci utilisent l’empreinte digitale pour le paiement, le retrait d’espèce, le dépôt ou les transferts d’argent du fait du nombre important d’illettrés.

Au Japon, Hitachi développe depuis 2005 des solutions de paiement basés sur le réseau vasculaire des doigts. Cette année Fujitsu a déployé dans une banque des automates de retrait utilisant seulement l’empreinte des veines de la paume. La carte bancaire n’est plus nécessaire !


Cet avis d’expert a été également publié sur le Journal du Net.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux