RPA : Et le mythe du robot comptable devient réalité !

Article paru le 9 avril 2019 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Gestion

À l’image de la révolution industrielle qui a profondément modifié la société du XIXème siècle, la transformation digitale des entreprises bouleverse notre société actuelle. Cette dernière réside dans la numérisation de l’intégralité de l’activité de l’entreprise et pas uniquement de la « digitalisation du marketing et de la communication ».

De nos jours, l’Intelligence Artificielle intéresse de plus en plus d’entreprises. Grâce à la puissance de calcul des serveurs, au Big Data et à la robotisation des processus, il leur devient en effet possible de booster davantage leur performance.

L’Intelligence Artificielle, via la robotisation des processus métiers, peut désormais se charger de l’ensemble des tâches répétitives et pouvant être codifiées. De très nombreux domaines peuvent profiter de cette robotisation généralisée : parmi lesquels, la comptabilité.

La RPA, élément catalyseur de la robotisation des processus métiers

Ces derniers mois, une nouvelle technologie est apparue au sein de certaines directions financières françaises, il s’agit de la RPA, ou plus précisément Robotic Process Automation.

Cette nouvelle forme émergente de technologie de robotisation des processus métiers est basée sur un alliage des systèmes d’informations de gestion conventionnels tels que les ERP et les systèmes décisionnels avec les logiciels robots d’intelligence artificielle.

Elle se base sur deux formes d’Intelligence Artificielle :

  • Le Machine Learning, ou apprentissage automatique : il s’agit d’une sorte de programme permettant à une machine d’« apprendre » par elle-même à l’aide d’une quantité importante d’informations via l’utilisation des données systèmes et du Big Data.
  • Le Deep Learning, ou apprentissage profond : il permet de gérer un niveau d’abstraction, plus élevé que le Machine Learning, favorisant la reconnaissance des objets complexes comme les images, l’écriture manuscrite ou la parole.

Contrairement aux traditionnels outils d’automatisation par workflow, conçus pour l’exécution de listes d’événements bien établies, la RPA est une technologie capable de développer ses propres actions. En enregistrant toutes les tâches réalisées par un utilisateur sur un système d’information, La RPA peut ensuite les réutiliser dans un processus de production automatique généralisé.

La comptabilité, fonction financière la plus automatisable

Concrètement, dans un processus de comptabilité, la RPA sera dans un premier temps installée sur le poste de travail d’un agent comptable, afin d’ « apprendre » de toutes ses actions dans le but de les reproduire. Ensuite, le robot, par lui-même, pourra réaliser des tâches élémentaires telles que l’enregistrement d’une facture par les actions suivantes :

  • Ouverture de la messagerie
  • Ouverture du courriel contenant une facture fournisseur
  • Scan et lecture des informations contenues dans la facture
  • Connexion au progiciel de facturation
  • Enregistrement et comptabilisation de la facture fournisseur
  • Etablissement d’un rapport financier
  • Déconnexion du progiciel de facturation

Le robot pourra, via le même processus d’apprentissage et d’application de ses connaissances, automatiser plus de 80% des processus métiers de la comptabilité.

La facturation et le recouvrement des créances, ainsi que leur comptabilisation et la validation quotidienne des rapprochements comptables pourront être réalisés sans aucune assistance humaine.

Des départements comptables automatisés en cours d’exploitation…

Selon une étude réalisée par l’Université d’Oxford en 2015, la fonction comptable et l’une des plus susceptibles d’être atteintes par l’automatisation généralisée. Le risque est statué à 95% pour les experts-comptables et près de 97% pour les comptables en entreprise.

La RPA a déjà suscité l’intérêt des cabinets d’expertise comptable, notamment en ce qui concerne les services de fiscalité, de conseil et de certification. Par exemple, une partie importante des activités fiscales, telles que le calcul des différences entre les taxes comptables et la préparation des déclarations fiscales, a été automatisée avec succès par des robots logiciels RPA (DA Wood, LA Cooper, DK Holderness et T. Sorensen, « Robotic Process Automation in Public Accounting, document de travail, 2018).

En France, l’exemple le plus célèbre est celui de trois robots exploités au sein du centre de service comptabilité partagé d’EDF. Un système optimisé permettant de réaliser des activités comptables en des temps pour ainsi dire records.

L’enthousiasme suscité par la RPA est bien fondé et la profession comptable s’engage facilement dans cette technologie. Les processus comptables basés sur la RPA peuvent potentiellement améliorer l’efficacité et l’efficience de la comptabilité. Plus que jamais, la fonction comptable évolue lentement mais sûrement, et les professionnels doivent être prêts à adopter la technologie RPA et à profiter du fruit de son travail.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux