Sourcing dans les DSI : Comment choisir ses prestataires ?

Article paru le 28 juin 2016 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Transformation SI

Dans le contexte actuel de restriction budgétaire dans de nombreuses DSI, le choix du sourcing permet d’obtenir certains avantages à court et long termes, notamment en terme de coûts, de ressources et de flexibilité.

Cependant, afin de maximiser les avantages évoqués, il convient de faire des choix cohérents sur les aspects qualitatifs et quantitatifs de son ou ses fournisseur(s). Ces choix sont dictés par certains indicateurs.

Une dépendance vis-à vis des prestataires…

De manière générale, l’externalisation des activités d’une DSI génère une dépendance vis-à-vis de ses prestataires. L’enjeu du sourcing réside donc dans le contrôle des activités de la DSI, malgré la dépendance par rapport à ce-dernier. Par conséquent, le sourcing est souvent réservé aux missions que la DSI peut assumer ou du moins maîtriser. En principe, une activité à risque ou non maîtrisée n’est pas externalisée.

D’autre part, le fait de travailler en mono sourcing même vers une activité maîtrisée tend vers une dépendance directement vers ce prestataire.

Un atout en termes de coûts

Le choix du sourcing au sein d’une DSI peut être lié à un gain en termes de coûts. En effet, l’avantage d’une stratégie de multi sourcing est de mettre en concurrence ses prestataires afin de maximiser le gain. Cet objectif doit néanmoins être mis en parallèle des charges inhérentes : démarchage, rencontre, choix de fournisseur, qui augmentent à chaque fois que le nombre de prestataire augmente…

Un risque non négligeable

La gestion du risque fait partie de la stratégie et du modèle de sourcing puisqu’il dépend du nombre d’activités externalisées. Le risque de défaillance technique, relationnelle ou en termes de compétences est corrélé avec l’augmentation du nombre de fournisseurs. De la même manière, le risque de sécurité est corrélé avec cette augmentation.

Dans le cadre de la transformation de leur SI et de l’externalisation de leurs activités, les DSI sont confrontées à ce triple enjeu de dépendance, de prix et de risque.

Le dual sourcing : Un bon compromis ?

Le dual sourcing, comme son nom l’indique, consiste à choisir deux prestataires pour le sourcing d’une DSI ou tout du moins d’un pôle. Cette alternative permet de construire une DSI plus équilibrée avec davantage de proximité et de connaissance de ses prestataires, diminuant ainsi les risques de dépendance. Cette solution semble également rejoindre les avantages du mono sourcing avec un risque amoindri de manière générale, et du multi sourcing avec la mise en concurrence de plusieurs fournisseurs. Dans le cadre du dual sourcing, il sera par exemple possible de sélectionner deux prestataires sur site ou encore un couple onshore/offshore afin de profiter des avantages financiers d’un côté et de proximité de l’autre.

En fonction de la stratégie mise en place par la direction générale et la DSI, le sourcing peut s’opérer de plusieurs manières et chacune comportent ses avantages et ses inconvénients. Si le dual sourcing apparaît comme un compromis intéressant, il comporte quelques points négatifs. En effet, le passage du multi au dual sourcing nécessite une réorganisation complète de ses pôles alors que le passage du mono au dual sourcing contient des charges inhérentes à la nouvelle contractualisation et à la passation.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux