Vers une organisation agile, entre stabilité et fléxibilité

Article paru le 20 avril 2016 | Partager sur les réseaux sociaux

Classé dans : Organisation

Si les multinationales sont tout autant confrontées à des marchés volatiles que les autres entreprises, leur taille complique souvent la mise en œuvre d’une transformation dans des délais suffisamment rapides. Elles peuvent néanmoins s’adapter tout en capitalisant sur leur stabilité.

Au premier abord, agilité et stabilité semblent incompatibles. Face à des réorganisations de plus en plus fréquentes, certains salariés ne voient dans ces transformations que des perturbateurs de leur activité. Comment une entreprise peut-elle à la fois être agile et favoriser sa stabilité ?

La stabilité : une nécessité

Afin de réaliser au mieux leurs objectifs, les salariés ont besoin d’un cadre clair notamment un rôle bien défini, des processus d’évaluation sans ambiguïté, ou bien une culture d’entreprise qui reste cohérente au fil du temps. Une étude Gallup Organization indique en effet que la clarté des attentes de l’entreprise envers le salarié conditionne l’engagement et donc la performance de celui-ci. Par ailleurs, des processus métier qui varient sans cesse ou des réorganisations qui bouleversent trop souvent l’activité d’un service en font pâtir l’efficacité.

Une meilleure réactivité grâce à des équipes-projet temporaires

Lorsque des difficultés ou de nouvelles opportunités se présentent, l’entreprise peut entamer un projet de réorganisation pour y faire face. Elle encourt alors le risque que la nouvelle organisation ne devienne opérationnelle que trop tard. Une autre possibilité, moins lourde, est de mettre en place une équipe projet transverse. Celle-ci permet d’une part une réaction plus rapide aux évolutions du marché, mais aussi des coûts d’adaptation plus faibles.

Flexibilité et stabilité : deux atouts complémentaires

La démarche décrite ci-dessus nécessite néanmoins un accompagnement des salariés via des formations et la mise en place d’objectifs dédiés au projet, afin d’éviter tout amalgame avec l’organisation existante et avec leur poste habituel. Si la transversalité est un atout, elle comporte aussi des risques : 75% des projets portés par des équipes transverses échouent, et cette tendance n’est inversée qu’en cas de fort soutien de la hiérarchie. Une gouvernance stable avec des responsabilités claires est non seulement indispensable, mais permet de plus une prise de décision plus rapide.
Si le projet se révèle infructueux, l’équipe est dissoute et les salariés retrouvent leur rôle précédent. Une structure organisationnelle stable permet donc au personnel d’aller de projet en projet, sans craindre de perte d’emploi. Les processus cœur de métier de l’entreprise doivent enfin être suffisamment fiables, standardisés et documentés, pour que les salariés puissent être réaffectés a d’autres projets sans mettre en péril le bon déroulement des affaires courantes.

Une organisation stable et clairement définie permet à minima à une entreprise de réagir plus vite et plus efficacement pour s’adapter à de nouveaux besoins. Nous avons donc vu que la stabilité et la flexibilité ne sont non seulement pas contradictoires, mais sont toutes deux nécessaires pour avoir une organisation agile.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux