La France, nouvelle puissance industrielle à l'ère de l'industrie 4.0 ?

28 mai 2021
Industrie

Depuis la machine à vapeur de 1784, l’industrie est en pleine évolution et prend un virage pour être maintenant l’industrie du numérique. L’industrie est un secteur en pleine croissance avec des enjeux forts de transformation et de modernisation des systèmes d’information : la flexibilité, la compétitivité, la profitabilité et la connectivité. Il existe un véritable combat pour la suprématie industrielle dans le monde entre l'Europe, les Etats-Unis, le Japon et la Chine. Mais comment la France peut tirer son épingle du jeu dans l’ère de l’industrie 4.0 ?

Des usine connectées pour plus de réactivité

L’arrivée des technologies numériques et des nouvelles techniques de production industrielle a permis de repenser la façon de concevoir les produits au sein des usines, qui sont devenues de plus en plus connectées. Cette industrie du futur s’appuie donc sur les dernières innovations en termes de robotique, d’impression 3D, de réalité augmentée mais aussi d’intelligence artificielle, tout en laissant à l’humain son rôle central. 

Cette transformation numérique rapide et globale reste une opportunité pour les entreprises industrielles, qui pourraient ainsi disposer d’un réel avantage concurrentiel sur le long terme. Pour cela, elles doivent adapter leurs processus et leur business model en intégrant ces nouvelles technologies au sein de leurs usines. L’enjeu est de rester compétitif, attractif et ainsi gagner en performance sur des marchés en pleine mutation. 

Les produits, ayant des coûts de production moins élevés, peuvent être plus rapidement délivrés aux clients finaux et sont également plus facilement personnalisables. L’industrie manufacturière comme on la connaît (Fordisme, économie d’échelle, etc) n’est donc plus l’industrie de demain. Le temps de mise sur le marché de nouveaux produits est drastiquement diminué et les produits, personnalisés, sont faits à la demande et ne sont plus stockés en masse. C’est cette flexibilité et réactivité qui caractérise l’industrie 4.0. 

Quand l’usine du futur combine humain et technologie 

L’un des meilleurs exemples pour illustrer cette collaboration est les cobots. Ces bras articulés sont conçus pour travailler de manière sécurisée dans une zone commune avec un opérateur et ce grâce à ses capteurs et ses caméras intégrées. Les tâches répétitives sont évitées et les conditions de travail des ouvriers sont donc améliorées. 
De plus, les jumeaux numériques permettent d’améliorer la traçabilité et la qualité des produits délivrés, et les PLM (Product Lifecycle Management) augmentent drastiquement la productivité des usines. Le big data et l’intelligence artificielle jouent un rôle crucial dans l’analyse des données produites. Il est désormais possible d’anticiper certains aléas et ainsi adapter la chaîne de production (SCADA/MES). Ainsi, on assiste à la convergence des mondes des systèmes d’information (IT) et des systèmes industriels (OT), avec pour but notamment de décloisonner les données pour mieux les valoriser. Les outils industriels sont donc plus flexibles et les systèmes sont standardisés. 

Le secteur industriel devient également plus attractif et moderne pour les jeunes générations arrivant sur le marché du travail.En effet, les compétences attendues des futurs talents sont diversifiées et les carrières sont adaptées. 

La France en bonne place ?

A l’échelle française, l’industrie 4.0 est vue comme un levier permettant de valoriser les starts-up digitales locales, d’améliorer la satisfaction des employés et de réduire l’utilisation des ressources naturelles. Les faibles coûts facilitent l’insertion des PME sur ce segment de marché et des projets ambitieux d'usine du futur voient le jour en France. Cependant, le parc industriel français est vieillissant, de moins en moins attractif et profitable économiquement. On note une augmentation des investissements industriels mais la France reste sous équipée en robots par rapport à son voisin européen allemand. En Septembre 2020, l’industrie française comptait environ 42 000 robots en service, soit deux fois moins qu’en Allemagne et 5 fois moins qu’en Corée. 

La France a peut-être raté le virage de l'Industrie 3.0 mais prend le train de la 4.0 en marche ! Grâce à l’arrivée de la 5G, aux nombreuses relocalisations, aux compétences des ouvriers et en s’appuyant sur l’écosystème des ETI et des start ups, la France pourrait s’assurer un bel avenir dans l’industrie 4.0. Même si l’industrie française a engrangé du retard technologique, la France est un berceau d'expertises pour les solutions SI de l’industrie 4.0. La France pourrait devenir un acteur incontournable du monde industriel en Europe avec le virage numérique.
 

Margaux TREMBLAY & Mathieu BOUCHER
 

Le sujet vous intéresse ? Nos experts vous répondent

Guillaume LECHEVALLIER
Guillaume LECHEVALLIER
Directeur du pôle Transport & Industrie

Les nouvelles technologies façonnent l’industrie du futur en une industrie plus agile, plus connectée et plus respectueuse de l’environnement. Notre offre s’appuie sur des consultants expérimentés qui vous accompagnent sur vos problématiques industrielles quelque soit le secteur d’activité pour mettre en place un SI robuste, transparent et modulable.

Partager