Comment faire de la communication éco-responsable ? Guide des bonnes pratiques

03 février 2021
Transformation digitale

Selon une récente étude menée par The Shift Project, la pollution numérique représente environ 4% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Si le contexte sanitaire actuel incite fortement les entreprises à choisir le télétravail, ce changement radical des habitudes de travail soulève une problématique récente née de l’usage massif et croissant des NTIC : la pollution numérique. Celle-ci s’est vue croître ces derniers mois, notamment face aux avancées technologiques toujours plus pointues. Le club d’expertise Innovation et Technologies de mc2i a réalisé un guide des bonnes pratiques à adopter en entreprises en matière de communication numérique éco-responsable.

Des enjeux multiples

Face à l’émergence progressive des nouvelles technologies notamment en matière de travail, les entreprises modifient leurs habitudes. Parmi les secteurs d’entreprises les plus touchés par cette pollution, la communication est le secteur le plus impacté par ces changements de cap stratégiques et numériques.

Mais alors, face à cette émergence numérique, comment adapter sa communication pour la rendre plus responsable ? On vous dit tout dans le guide des bonnes pratiques en matière de communication digitale responsable.

Voici le top 5 des bonnes pratiques à adopter :

  • Privilégier les images aux vidéos
    Ces dernières années, la consommation annuelle mondiale moyenne de streaming vidéo a atteint 300 millions de tonnes de CO2. A l’inverse, au-delà d’une heure, un contenu téléchargeable a moins d’impact qu’un contenu en streaming. Le streaming consomme donc beaucoup plus d’énergie comparé à une simple image.
  • Supprimer le contenu numérique obsolète
    Une information qui a une durée de vie plus courte est moins énergivore sous format numérique, à condition de la détruire lorsqu’elle est obsolète. Par exemple, en supprimant ses spams, ses anciens mails ou en vidant sa corbeille, on évite le stockage de données inutiles.
  • Avoir un site performant
    Un site plus performant, notamment lorsqu’il est doté de serveurs performants et rapides, charge plus rapidement et requiert ainsi moins d’énergie.
  • Préférer l’impression pour certains contenus
    Lorsqu’un contenu est voué à durer, utilisable plusieurs fois et doit être vu par tous, il est plus éco-responsable de l’imprimer plutôt que de le numériser.
  • Limiter sa consommation d’emails
    Selon de récentes études, environ 34 millions de mails sont envoyés toutes les heures dans le monde entier, ce qui correspondrait à l’équivalent de 14 tonnes de pétrole. Envoyer 20 mails par jour pollue donc autant que parcourir 100 km en voiture. Pour réduire cette pollution numérique, on peut par exemple cibler davantage les personnes à qui l’on souhaite réellement envoyer le mail, limiter l’envoi d’images et autres contenus lourds, ainsi que alléger ses signatures de mails.

Télécharger le guide des bonnes pratiques

Partager